Western Digital peaufine ses disques durs à l’hélium

Mobilité
Western Digital disques durs hélium

Western Digital veut secouer le marché du stockage d’entreprise avec des disques durs à l’hélium. Ce gaz moins dense que l’air réduit les frottements, diminuant notamment la consommation d’énergie.

Les disques durs à l’hélium auront-ils l’effet d’une bombe ?

Western Digital se donne quelques mois pour dynamiter le marché du stockage d’entreprise avec ces solutions développées depuis une dizaine d’années par sa filiale Hitachi Global Storage Technologies (HGST).

Substituer à l’air un gaz 7 fois moins dense permet de réduire considérablement la force de frottement qui s’oppose naturellement aux plateaux et aux têtes de lecture/écriture.

Par conséquent, pour se mouvoir dans ce milieu plus perméable, le mécanisme requiert moins de traction et consomme moins d’énergie (23% d’économies, selon Western Digital).

Plus silencieux, l’ensemble dégage aussi 4 à 5 fois moins de chaleur. Le disque dur s’allège en parallèle, avec une masse diminuée de l’ordre de 29% par To.

Une capacité elle aussi maximisée (+40%). Les plus gros disques, actuellement à 4 To, atteindraient donc 5,6 To.

La moindre densité de l’hélium (hermétiquement scellé) permet en effet d’implémenter des plateaux supplémentaires et d’en augmenter par ailleurs le nombre de pistes.

En tenant compte de ce gain d’espace, il est question, selon WD, de coûts diminués de moitié face à une configuration “traditionnelle” en 2,5 pouces.

Une logique particulièrement pertinente en data center et pour des applications de cloud public.

A la lutte avec Seagate sur le marché du stockage d’entreprise (45% des parts au 3e trimestre, selon IHS iSuppli), Western Digital prévoit de livrer les premiers modèles pour 2013, mais ses visées s’échelonnent à plus long terme.

Le fabricant cherche à établir une plate-forme technologique qui pourrait entrer dans la composition de solutions avancées de stockage.

Un croisement n’est pas exclu avec le HAMR (Heat Assisted Magnetic Recording), cette technologie qui met en jeu un nouveau type de surface magnétique thermorésistante.

Celle-ci est peu sensible aux altérations de la chaleur. Instable durant une fraction de seconde le temps d’enregistrer les données via un faisceau laser ultra-haute température implémente sur la tête d’écriture, elle redevient dure comme du marbre dès lors qu’elle refroidit.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : incollable sur les périphériques de stockage ?

Crédit photo : pukach – Shutterstock.com / Western Digital


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur