Le Wi-Fi gratuit de Gowex atterrit dans les aérogares

Cloud
Gowex Atlanteam Wi-Fi

L’opérateur espagnol Gowex s’associe au fournisseur d’espaces multimédias Atlanteam pour offrir un accès Wi-Fi aux voyageurs qui transitent par les gares ferroviaires et aéroports de France.

Dans le cadre de son programme “Wi-Fi everywhere”, l’opérateur espagnol Gowex s’associe au fournisseur d’espaces multimédias Atlanteam pour offrir un accès Internet sans fil aux voyageurs qui transitent par les gares ferroviaires et aéroports de France.

Atlanteam mettra à contribution ses 400 bornes connectées pour déployer les services de son partenaire, initialement dans les gares TGV de Massy et Paris-Montparnasse.

La démarche devrait trouver une continuité dans les aérogares de Roissy-Charles-de-Gaulle, Orly, Marseille, Lyon, Bordeaux, Nice et Beauvais, avant de s’étendre à l’Europe.

Gowex a développé un modèle économique flexible. Il prend en charge le déploiement de son Wi-Fi et le gère éventuellement pour son client.

La connexion est gratuite pour l’utilisateur final, moyennant l’affichage de quelques bandeaux publicitaires (ciblés selon des critères de géolocalisation).

Il existe, selon ce que le FAI propose parmi les services supportés par Gowex, un service Premium qui dispense de la pub.

Dans tous les cas, pour bénéficier, 24 heures durant, d’un débit de 512 Kbit/s (1 Mbit/s à Paris), il faut s’inscrire au préalable sur un portail qui collecte au passage quelques données sur les profils connectés.

Ce ticket est valable dans tous les lieux qui disposent du réseau Gowek, soit une soixantaine de villes, essentiellement en Espagne et en Amérique latine.

Si les collectivités et les municipalités restent les plus demandeuses, entreprises et organisations ont également adopté ces solutions, notamment pour assurer le basculement automatique (roaming) de leurs flottes mobiles des réseaux 3G vers le Wi-Fi.

En France, Gowex a déjà finalisé le déploiement de ses services dans certaines gares ferroviaires – comme Saint-Charles à Marseille – ainsi que dans plusieurs stations du métropolitain et du RER parisiens.

Plusieurs compagnies aérienne (Air France-KLM, Delta Airlines…) ont manifesté un intérêt tout aussi prononcé pour le Wi-Fi, jusqu’à en solliciter l’implémentation dans les appareils que leur livrent Airbus, Boeing et consorts.

Progressivement, le Wi-Fi s’épanouit, accompagnant la montée en puissance du mobile et des usages “enrichis” (vidéo à la demande, musique en streaming, communications unifiées) consommateurs en bande passante.

Foyers d’activité fréquentés par quelque 120 millions de voyageurs à l’échelle de l’Hexagone, les transports constituent un terrain de conquête par excellence.

Villes et collectivités locales devraient aussi se prendre au jeu, engendrant une multiplication des points d’accès sans fil (hotspots), logés jusqu’au sein des cabines téléphoniques et des réverbères.

Commerces, lieux touristiques et hôtels-restaurants sont pressentis pour jouer les locomotives en adjoignant à cette infrastructure des services à valeur ajoutée : paiement électronique, identification, points d’information numériques, etc.

La révolution pourrait toucher en parallèle le secteur de l’automobile, avec Audi comme pionnier, via sa berline série A4 et son coupé A5.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous tous les secrets du Wi-Fi ?

Crédit photo : Shchipkova Elena – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur