Windows 8 devra réveiller un marché des PC qui dort

CloudMobilitéPCPoste de travailSystèmes d'exploitationTablettes

Le cabinet d’études IT Gartner revoit à la baisse ses prévisions de croissance du marché des PC : 4,4% en 2012. On attend beaucoup de Windows 8 et des ultrabooks.

Windows 8 et les ultrabooks s’imposeront comme les ambassadeurs de la résistance des ordinateurs face à l’émergence des smartphones et des tablettes.

Ainsi s’énoncent les conclusions de l’étude de Gartner, qui entrevoit, sur l’exercice 2012, un sursaut d’orgueil du marché des PC, ponctué d’une croissance de l’ordre de 4,4%.

Cette progression est certes moindre que celle escomptée au dernier pointage du mois de novembre (le cabinet tablait alors sur quelque 12,8% d’augmentation).

Mais elle laisse supposer d’un ultime choc des cultures, entre une conception traditionnelle de l’informatique et un renouveau à la sauce tactile.

Le marché des PC, qui n’a pas connu d’embellie spectaculaire en 2011 (un maigre 0,5% de croissance), pourrait notamment bénéficier d’une demande grandissante dans les pays émergents.

En parallèle, Windows 8, dont l’arrivée est pressentie pour l’automne, s’affirmera selon toute vraisemblance comme un catalyseur, à l’image de son prédécesseur Windows 7, venu couper court à l’hémorragie Vista.

Dans cette lignée, les ultrabooks, en le potentiel desquels Intel croit toujours dur comme fer, contribueraient à cette même dynamique de relance.

HP et Dell ont pris position sur ce segment de l’ultramobilité jugé porteur.

D’autant plus que leur nouvelle génération embarquera des écrans tactiles et une architecture Ivy Bridge.

Mais il n’en est pas encore question pour l’heure. Aussi, un cercle vicieux s’instaure : le premier semestre risque de revêtir les allures d’un chemin de croix pour les constructeurs, à défaut d’innovations et dans l’expectative de la révolution Windows 8.

Autre contrariété, la prise de pouvoir des tablettes et dans une moindre mesure des smartphones. Nouvelles coqueluches du consommateur, les terminaux mobiles ont pris la mesure de leur influence et s’attachent désormais à séduire jusqu’aux professionnels.

En 2011, un million et demi de tablettes ont trouvé acquéreur sur le marché français (609 millions d’euros en valeur), sans compter les quelque 100 000 acquisitions réalisées par des entreprises.

Crédit image : © pro motion pic – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur