Windows RT effacé des tablettes d’Asus

MobilitéRégulationsTablettes
asus-vivotab-rt

Asus ne produira plus de tablettes Windows RT. Le fabricant high-tech taïwanais estime que Microsoft n’est pas parvenu à placer le curseur avec cette déclinaison de Windows 8 dédiée à l’architecture microprocesseur ARM.

La cause était entendue à demi-mot depuis plusieurs semaines. Elle est désormais officielle : Asus tourne définitivement la page Windows RT.

Le fabricant high-tech taïwanais se désengage là d’un dossier dans lequel il ne s’était que modérément investi, avec un unique produit : la tablette convertible VivoTab RT.

L’imminence de son retrait ne faisait guère de doute depuis fin juillet.

Le président Jonney Shih avait laissé suggérer que le résultat “[n’était] pas à la hauteur des promesses” avec cette déclinaison de Windows 8 dédiée expressément aux terminaux équipés d’un microprocesseur ARM.

Il a aujourd’hui confirmé la nouvelle au Wall Street Journal,  ajoutant que de l’avis quasi unanime de l’industrie informatique, “Windows RT n’a pas rencontré le succès escompté“.

Ses ventes sont restées confidentielles : les différentes études lui concèdent en l’occurrence moins de 1% du marché des systèmes d’exploitation.

Son public n’est pas seulement désarçonné par le manque d’applications (faute d’un émulateur x86) ; il se montre aussi circonspect face à la dualité de l’environnement d’exécution, qui bascule entre Bureau et Modern UI.

Asus ne défaut pas à la sphère Microsoft, mais veut porter exclusivement son développement sur Windows 8… non sans élargir son offre Android en explorant notamment le facteur de forme hybride, dans la lignée de ses Transformer, dont le premier modèle avait été introduit en 2011.

Le concept hybride est poussé à son paroxysme avec le PadFone Infinity, dévoilé lors du dernier Mobile World Congress, à la croisée des chemins entre smartphones, tablettes et netbooks.

En toile de fond, un autre groupe taïwanais effectue un glissement vers Android : Acer, qui compte même, selon son président J.T. Wang, réduire drastiquement ses développements de produits Windows.

Plus globalement, les quatre OEM (hors Microsoft) qui avaient pris position dans le dossier quittent aujourd’hui le navire sans avoir pu résoudre l’inéquation Windows RT, dans une période charnière sur un marché des tablettes en pleine effervescence.

En juillet, Lenovo a arrête la vente de son modèle Yoga 11. Quelques mois en amont, Samsung a fermé les écoutilles de son Ativ Tab.

HTC a abandonné ses projets autour d’une ardoise de 12 pouces et les deux prototypes présentés par Toshiba lors du Computex 2012 n’ont pas non plus vu le jour, officiellement annulés pour “des problèmes d’approvisionnement en composants”.

Ne restent guère que Dell – occupé à écouler les stocks de son XPS 10 – et Microsoft, qui multiplie les promotions sur sa Surface (il resterait près de 2 millions d’invendus).

La firme de Redmond assure qu’elle poursuivra ses investissements dans Windows RT, quand bien même elle a du mal à placer le curseur. Il est question, pour relancer l’initiative des constructeurs, de revoir à la baisse le prix de certaines licences OEM.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous les innovations de Windows 8 ?

Crédit photo : Asus


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur