Yahoo : l’affaire des faux CV entraîne le départ du CEO

Marketing

Sur fond de lutte d’influence dans l’actionnariat du groupe, Scott Thompson quitte la société, victime du “CVgate”. Ross Levinsohn, en charge la division “médias”, prend le relais par intérim.

Yahoo n’avait pas besoin de cette affaire de faux CV qui s’est transformée en crise de management. Sa situation était déjà  préoccupante.

Dimanche soir, Scott Thompson, qui avait pris ses fonctions de CEO du groupe Internet en janvier, a donné sa démission et a quitté la société.

Il est remplacé à ce poste par intérim par Ross Levinsohn, qui supervisait jusqu’ici la division médias de Yahoo.

“Il prendra en charge la gestion opérationnelle de la société, soutenue par l’équipe des cadres dirigeants en place de Yahoo.”

Comment en est-on arrivé à ce paroxysme ? Pour résumer la situation, Scott Thompson, ex-manager de PayPal, est venu aux commandes de Yahoo pour tenter de redresser la barre.

Mais il a été accusé d’avoir falsifié son parcours universitaire dans les disciplines de comptabilité et d’informatique.

Et cette “erreur par inadvertance” est apparue dans un dossier déposé auprès de la SEC (gendarme de la Bourse aux Etats-Unis).

C’est le fond d’investissement Third Point, qui a mené depuis le début du mois de mai la fronde en criant au présumé manque de probité du CEO de Yahoo.

Il constitue l’un des principaux actionnaires de Yahoo (en détenant 5,8% du capital) et s’est engagé dans une bataille pour que les autres investisseurs s’alignent sur sa position (proxy battle).

La controverse du CV qui a amené Yahoo à établir une commission pour enquêter sur les diplômes de Scott Thompson.

Premier coup de balai : Patti Hart, une des administratrices du groupe qui avait justement piloté le recrutement du manager mis en cause, est à son tour prise dans le tourbillon.

Les informations sur son propre parcours universitaire ne reflètent pas la vérité. Conséquence : le 9 mai, elle est écartée du conseil d’administration de Yahoo.

Il s’agissait juste du premier domino qui tombe dans ce nettoyage des CV puisque l’affaire a abouti au départ du CEO ce 13 mai.

Précisons que c’est le cinquième patron qui saute chez Yahoo en cinq ans. Mais, généralement, c’est en raison de “divergences stratégiques” et de résultats financiers décevants.

Le coup du CV, c’est la première fois que cela arrive.

Derrière cette polémique, on trouve en fait une lutte d’influence au sein de l’actionnariat de Yahoo pour avoir davantage de poids dans les orientations du groupe Internet.

Daniel Loeb, gérant du fonds “activiste” Third Point, et deux personnes qu’il a sélectionnées (Harry Wilson et Michael Wolf), siégeront désormais au conseil d’administration du groupe Internet pionnier à partir du 16 mai.

Une manière de peser davantage dans la stratégie de l’entreprise qui venait d’annoncer un nouveau plan de bataille sous l’ère courte de Scott Thompson, comprenant un volet restructuration assez marqué (réduction de 15% de son effectif monde, soit 2000 collaborateurs).

Autre changement au niveau du top management annoncé dans le même communiqué : Fred Amoroso est nommé président du conseil d’administration de Yahoo en remplacement de Roy Bostock.

——

Connaissez-vous la galaxie des services Yahoo ?
Testez vos connaissances avec notre quiz

——


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur