YouTube va zapper sur un bouquet de 60 chaînes thématiques

Régulations

Google enrichit sa plate-forme YouTube de 60 chaînes thématiques et confirme sa volonté de l’imposer comme le petit écran du Web, en tant que substitut à la télévision traditionnelle.

Google veut faire de sa pépite YouTube le petit écran du Web et l’affirmer, à terme, comme un substitut à la diffusion télévisuelle traditionnelle, par câble, satellite ou ADSL.

A cet effet, le groupe Internet de Mountain View entreprend d’élargir son bouquet thématique, qui comptera bientôt 60 chaînes.

Dans cet esprit de concurrence, la filiale de Google a pris ses distances vis-à-vis des diffuseurs traditionnels, pour solliciter des producteurs de contenus issus de tous horizons.

Effectivement, au rang des partenaires, l’éclectisme règne. L’appel d’offres a englobé un large panel de producteurs, en Allemagne, aux Etats-Unis, au Royaume-Uni ou encore en France.

Outre les studios qui travaillent déjà avec les groupes audiovisuels, des “pure players” de l’Internet côtoient d’autres supports (sites médias, agences de publicité, etc.) qui tentent l’aventure.

La résultante annoncée : des programmes accessibles en exclusivité sur YouTube, via le Web et la TV connectée, pour une sélection dont la variété (sport, santé, gastronomie, divertissement…) pourrait faire mouche face aux grandes chaînes généralistes.

Initialement, la portée de ce projet lié au développement de “chaînes thématiques pros” se limitait aux Etats-Unis.

Voici le concept décliné à l’international, notamment en Europe, simultanément au lancement de la Google TV.

Autre terrain d’action, la France, avec un lancement de ces nouveaux services échelonné “sur les prochaines semaines“, selon Robert Kyncl, cité dans les colonnes du Figaro.

Responsable contenus chez Google, l’intéressé se risque, pour appuyer son propos, à une prédiction évocatrice : “En 2020, 75% des chaînes TV seront diffusées sur le Web“.

Et les acteurs de la Toile semblent partager ce point de vue. Au dernier pointage, 13 partenaires se sont ainsi manifestés dans l’Hexagone.

Un bouquet de producteurs d’émissions de flux vidéo est déjà dans la boucle comme Endemol (divertissement, téléréalité), Capa (reportages) ou AuFéminin.com, susceptible d’apporter de la valeur ajoutée sur la cuisine, le jardin, la maison, etc.

Le modèle de rétribution implique un partage des recettes publicitaires, avec l’assurance, pour ces créateurs de contenu, de conserver la maîtrise sur l’éditorial.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur