Chronique des coulisses start-up : comment RingOver a changé de modèle

CloudEntrepriseGestion des talentsManagementStart-up
ringover-chronique-yannick-robert

Coach d’entrepreneurs, Yannick Robert aborde dans sa nouvelle chronique le cas de RingOver (téléphonie VoIP) qui est passé du BtoC au BtoB.

Que se passe-t-il lorsque les 5 premières années d’une startup se sont écoulées ? La structuration des idées et des équipes amène à une nouvelle ère.

On parle beaucoup de « scale up » en ce moment et toute l’idée est de voir ici un cas concret de transformation de projet d’entreprise, pour accompagner la croissance.

Les statistiques ne mentent pas : moins de 3% des sociétés créées dépassent le cap des 10 ans d’existence. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles le 10ème anniversaire d’une société est si critique d’un point de vue stratégique.

L’équipe fondatrice voit ses envies évoluer et le turnover humain, naturel et logique, impose de repenser progressivement son management. De nouveaux talents doivent arriver.

Lors de ses 3 premières années d’existence, l’obligation de survie impose à l’entrepreneur de devenir rapidement un as du recrutement car chaque erreur coûte très cher.  Mais le cap des 10 ans exige également de devenir un as de la fidélisation.

D’un point de vue business, certains plateaux de chiffre d’affaires apparaissent également. Il faut penser à renouveler son offre pour entrer de plein pied dans la seconde décennie.

Aujourd’hui, cette chronique est l’occasion de se pencher sur l’envers du décor de la startup RingOver.com, qui est l’aboutissement de la première vie d’affaires de deux associés ayant percé dans le secteur de la téléphonie VoIP : Renaud Charvet et Jean-Samuel Najnudel.

RingOver : passer d’un modèle BtoC à un modèle B toB…

Voilà déjà un enjeu majeur pour changer d’échelle. A la tête d’une société réalisant 8 millions d’euros de chiffre d’affaires annuels auprès de plus de 500 000 clients très principalement particuliers, Renaud et Jean-Samuel ont décidé de se lancer un nouveau défi il y a 2 ans en instaurant une nouvelle offre à destination des entreprises.

Fort d’une technologie éprouvée en VoIP, la nouvelle vision stratégique est alors pour eux de s’appuyer sur une équipe d’une quinzaine de développeurs pour offrir un outil complet à destination des professionnels.

Celui-ci doit  intégrer toutes les fonctionnalités nécessaires pour créer sa téléphonie professionnelle digitalisée en quelques clics : un Serveur Vocal Interactif facilement programmable, une interface permettant de booster les performances des commerciaux de l’entreprise avec un suivi structuré de l’activité commerciale et une intégration de RingOver aux différents CRM du marché (Salesforce en premier plan, mais également Zoho, Pipedrive…) permettant d’afficher les fiches contacts des clients lorsqu’ils appellent, la possibilité de créer des flottes de numéros locaux pour viser rapidement l’International.

Tout est là pour faciliter la vie des CTO et Office Managers lorsqu’ils décident de structurer leur téléphonie après une grosse levée de fonds et l’embauche de nouveaux collaborateurs.

C’est au cap de la vingtaine de salariés que se pose généralement ce type de questions.

Ayant connu cette problématique et étant eux-même adeptes du “Dogfooding”, Renaud et Jean-Samuel ont composé l’expérience utilisateur dont ils avaient eux-même besoin pour leur propre société.

C’est ainsi qu’est née progressivement l’envie de faire bénéficier aux autres startups des outils qu’ils avaient créés en interne toutes ces années durant pour leurs propres équipes.

Avec une trentaine de salariés, les choses s’étaient faites de manière naturelle. Il ne suffisait plus qu’à réfléchir au meilleur « package » B to B qui puisse faire sens. Le tour de force est réalisé avec une offre complète en illimité pour seulement 25€ / mois. Une jolie performance !

De la filialisation des bonnes idées…

Vient ici le thème entrepreneurial qui ne doit pas être un tabou pour des fondateurs : faut-il créer un spin off lors du développement de nouveaux services ?

L’opportunité de se poser cette question est récurrente pour nombre d’entrepreneurs français.  De nouveaux marchés s’ouvrent, des clients avec une typologie différente frappent à la porte, cela va exiger de nouveaux commerciaux plus spécialisés, des normes de qualité de service accrues…la liste est longue. Et sans aborder la question du besoin d’identification nouvelle forte à cette nouvelle offre.

Cela impose la création d’une marque dédiée et par là, logiquement, l’interrogation de créer une filiale dédiée à ces nouvelles activités.

Voici très précisément l’étape de structuration actuelle au sein de la société BJT, holding de tête de RingOver.com, un nouveau défi pour la 12ème année d’extension des activités.

Possibilité nouvelle d’accueillir de nouveaux investisseurs institutionnels pour penser le schéma d’action à l’International, la filialisation a ses bienfaits stratégiques dans le cas d’une société déjà structurée et jusqu’à présent totalement indépendante.

Déployer son business plan au-delà des 5 ans

Conclusion : Il ne faut pas se mettre de barrière. Certaines évolutions sont nécessaires avec le temps. Les fonds de VC appuient les réflexions actuellement dans l’écosystème sur la thématique des « scale up ».

Cela concerne bien sûr les startups ayant réussi à franchir les 6-7 premières années d’existence. Car pour tenir dans la durée, il faut avoir parfaitement déployé son Business Plan au-delà des 5 colonnes généralement présentées aux investisseurs lors des roadshows d’amorçage ou de Série A.

L’envers du décor de cette Aventure entrepreneuriale est par conséquent la réflexion actuelle de filialisation du nouveau service RingOver.

Un bon cas d’usage pour de nombreux entrepreneurs qui se retrouvent face aux mêmes réflexions… Sautez-vous aussi le pas si vous vous retrouvez dans une situation similaire !

Coach d’entrepreneurs, Yannick Robert a écrit un ouvrage témoignage en 2016 : “Comment j’ai planté ma startup : Plus de 100 leçons entrepreneuriales et plus de 100 solutions”

 

Lire aussi :

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur