Confidentiels ITesprechô : Besson 2.0, Richard (financement réseaux, OS mobiles), Wix, Wimax, data center…

Cloud

Découvrez les récentes indiscrétions recueillies, captées, repérées par la rédaction d’ITespresso.fr. Episode 14.

Dans la tête de Stéphane Richard (volet 2) : OS mobiles : « restons lucides »
Réflexion after Mobile World Congress : le « G5 élargi » du mobile (voir la liste des membres au-dessus) compte davantage sur la diversité des OS mobiles sur le marché que sur la création d’un nouvel OS ayant la bénédiction des opérateurs. L’alliance Nokia-Microsoft est perçue comme une bonne nouvelle car elle « permet de donner un peu de crédibilité à l’émergence d’un troisième système à côté d’Android et d’Apple ». Tout en précisant : « Pour autant, le duo Meego-Intel n’est pas mort ». Stéphane Richard ne se montre guère tendre avec l’OS fort du moment Android. « Tout système visant à emprisonner le client final dans un système unique ou dominant – lui-même doté d’une batterie de services embarqués (c’est un peu  la philospohie d’Android) – ne sont pas bénéfiques à terme pour le consommateur final ». Prudence donc : « Apple [avec l’iPhone et iOS] est dans une cheminée : le système est extrêmement intégré ». Quant à Android, il est « en apparence ouvert mais, en même temps, il contient beaucoup de contenus Google » (…)Plus Android se développe, plus le degré de dépendance à Google est grand. Il faut être vigilant et lucide là-dessus, notamment sur le marché des applications mobiles ».

Haut Débit rural : Vers une fin prématurée du Wimax dans le Bas-Rhin ?
Alors que des opérateurs comme Bolloré Télécom ont déjà arrêté les frais, les collectivités ayant investi massivement dans la résorption de la fracture numérique rurale avec l’appui du Wimax (transmission du signal par voie hertzienne) commencent à se poser des questions sur l’avenir de cette technologie.
Selon nos informations, sur les quelques 70 stations Wimax du Bas-Rhin déployées par le biais d’une délégation de service public concessive de 7 ans (voir fiche Avicca en PDF), seule une dizaine seront maintenues à moyen terme. Les autres seront purement et simplement démontées faute de rentabilité. Contactés la semaine dernière, le conseil général du Bas-Rhin tout comme Altitude Infrastructure (en charge de la DSP via la filiale locale Net67) se sont refusés à formuler tout commentaire. Une autre source, issue de la communauté des collectivités, avance un début d’explication : la suppression progressive des multiplexeurs par France Telecom va rendre des lignes éligibles à l’ADSL, notamment dans des zones rurales. Alors que le Wimax avait justement été déployé pour pallier l’absence d’Internet haut débit par les lignes de cuivre.

Data center : le Grand Besançon s’intéresse à l’hébergement IT
Après les réseaux de télécommunications, les collectivités s’intéressent aux problématiques d’hébergement d’infrastructures IT. Dans ce contexte, l’agglomération du Grand Besançon qui accueillera une ligne à grande vitesse paneuropéenne (TGV Rhin-Rhône), a choisi de développer ses actions et investissements structurants autour du secteur numérique pour répondre aux besoins des entreprises, start-up et des établissements publics avec la construction d’un premier data center de 550 mètres carrés. Sa mise en production commerciale devrait intervenir d’ici la fin de l’année. Une réunion d’information visant à présenter le projet est organisé par la collectivité le 18 mars prochain au parc Témis Innovation.

Lire aussi :

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur