L’analyse comportementale contre les impayés

Mobilité

SLP infoWare présente sa dernière application pour identifier les comportements associés aux clients qui risquent de ne pas honorer leurs factures. Utilisant le « profiling », cette solution concerne pour le moment les opérateurs de téléphonie mobile mais bientôt les sites d’e-commerce pourraient en bénéficier. Car, outre les mauvais payeurs, l’outil sert aussi à identifier vite les clients « volatiles »… Typique des internautes !

Dédiés aux opérateurs de télécommunications, aux opérateurs de téléphonie mobile, aux fournisseurs d’accès Internet et, depuis peu, au secteur bancaire, l’application de « gestion prédictive de relation client » de SLP InfoWare ne vise pas seulement à détecter les mauvais payeurs et à mettre en place des « actions d’encaissement proactif ». Mais aussi, on s’en doute, avec le durcissement de la concurrence, par exemple sur le secteur de la téléphonie mobile, à réduire les taux de désabonnement… Plus que « l’encaissement proactif » qui consiste à « personnaliser l’encaissement », c’est sans doute ce qui séduira les acteurs de l’e-commerce confrontés à des internautes volages…Principe ? La plate-forme CPS (pour Customer profiling systems) associe une définition de profil à base de règles à la modélisation automatique. Concernant la technologie, Thierry Auber, directeur produit de SLP infoWare, explique : « La plate-forme CPS repose sur trois composants principaux. Le premier, le 24×7 ‘modeler’, est basé sur des algorithmes statistiques, de segmentation et de réseaux de neurones… C’est le coeur de l’application BadDebt/CPS de SLP InfoWare. Cette plate-forme utilise des algorithmes d’extraction de données automatisée et des techniques d’apprentissage avancées pour générer des modèles prédictifs ». L’outil d’analyse comportementale repose sur l’automatisation du processus de « profilage », de segmentation et de modélisation. Il poursuit : « Le 24×7 ‘modeler’ est une application client/serveur développée en C++ qui va alimenter en information le second composant : le Knowledge Manager Hub. ». Chaque module de comportement produit des « knowledge objects » qui diffusent les informations critiques sur le comportement. Ces objets peuvent être distribués sous forme d’objets COM… Thierry Auber conclut : « Enfin, le troisième composant, le 24×7 ‘marketer’, est une application de type client léger : on y accède via un navigateur Web standard. Le 24×7 ‘marketer’ utilise les modèles prédictifs pour construire des campagnes pro-actives d’encaissement comme par exemple sortir la liste des clients à faire passer en débit automatique. Aussi, nous avons remarqué que ces fonctions se prêtent bien aux sites d’e-commerce. Notre solution est actuellement en phase de test sur ce secteur et à terme nous fournirons ce marché ». Pour l’instant, Infoware s’entoure de précautions et ne communique pas le prix de sa solution. Mais il semblerait que cela ne soit pas à la portée de tous les budgets.Pour en savoir plus : SLP InfowareArticle modifié le 06/07/00


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur