Outils de filtrage grand public : des résultats en trompe-l’oeil

Cloud

Les derniers tests officiels des logiciels destinés à protéger les enfants sur Internet montrent une amélioration. La vérité est un peu différente…

(Rectification en date du 11/03/08) Parents, dormez tranquille ! Les logiciels de filtrage destinés à protéger les mineurs des contenus inappropriés lorsqu’ils surfent sur Internet sont en constante amélioration.

C’est en tout cas ce que les résultats des tests menés par l’association e-Enfance, en partenariat avec IP Label, et financés par la Délégation Interministérielle à la Famille (DIF), ainsi que par la Délégation aux Usages de l’Internet (DUI), pourraient faire croire.

« Très bon filtrage des sites de pornographie (dure ou déviante) puisqu’il avoisine 80% » ; « Les sites de jeux d’argent sont, pour la première fois depuis 2006, très bien filtrés puisqu’ils sont en moyenne à 80% bloqués » ; « Les sites violents sont nettement mieux filtrés que lors des précédents tests… « , peut-on ainsi lire dans le communiqué de presse publié par e-Enfance.

La réalité apparaît toute différente si l’on prend la peine de se plonger dans le détail des tests. Ceux-ci sont réalisés dans le cadre du suivi de l’engagement pris en novembre 2005 par les fournisseurs d’accès à Internet (FAI) français de proposer à tous leurs abonnés des logiciels de filtrage « gratuits et performants ».

Entrons dans les coulisses des critères

Ces tests prennent en compte 22 critères définis en commun avec les FAI et portant sur trois caractéristiques : la qualité de la liste blanche (voir encadré sur les différentes options de filtrage) destinée à protéger les jeunes enfants, celle de liste noire destinée aux adolescents et la facilité d’utilisation du logiciel par les parents.

En novembre 2005, ces logiciels étaient très compliqués à installer et à paramétrer. Aussi, pour inciter les FAI à faire pression sur les éditeurs de ces logiciels (Xooloo, F Secure, Optenet… ) afin que ces derniers améliorent l’ergonomie de leurs produits, une part de 35% avait été affectée à ce critère dans la note globale de chaque filtre. La liste blanche n’avait reçu que 20% et la liste noire 45%. Résultat : l’ergonomie de tous les produits ayant été revue, tous les FAI obtiennent la moyenne, même si les autres critères n’ont pas suivi !

Ainsi, pour la liste blanche, tous les FAI (sauf Numericable qui est « bon » sur ce point, grâce à Xooloo) sont « mauvais » (Orange, SFR, Alice et Neuf), voire carrément « très mauvais » (Free, Club Internet, Télé 2 et Darty) ! Or, si une population doit être absolument protégée contre les contenus inappropriés, ce sont bien les jeunes enfants, à qui justement ces listes blanches s’adressent!

« Révision de la grille demandée »

Tout le monde semble d’accord là-dessus (aucun représentant de la DIF n’a pu être joint par Vnunet.fr). « Cette grille d’analyse et de pondération est absolument scandaleuse, finit par admettre Christine du Fretay, présidente (bénévole) de l’association e-Enfance. J’ai demandé à ce qu’elle soit revue, pour l’instant, ce n’est pas d’actualité. »

(lire la suite page suivante)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur