Outlook sur mobile : Microsoft impose le passage aux applications natives

Apps mobilesMobilité

Microsoft s’attire les foudres d’utilisateurs d’Outlook en imposant, sur mobile, l’utilisation des apps natives, amputées de certaines fonctionnalités.

« S’il vous plaît, arrêtez de supprimer des fonctionnalités sans proposer d’alternative ! »

On peut lire ce commentaire – et d’autres de la même teneur – sur l’un des forums de la Microsoft Tech Community, où l’éditeur américain fédère ses clients professionnels.

Les utilisateurs d’Outlook y expriment leur mécontentement, en réponse à une annonce faite mardi dernier.

À partir du 15 mai 2018, l’application Outlook on the Web (ex-Outlook Web App) ne fonctionnera plus ni sur iOS, ni sur Android.

Son retrait de l’App Store et du Play Store – où les dernières mises à jour remontent respectivement à décembre 2015 et à juillet 2016 – interviendra au mois d’avril.

Les utilisateurs d’Office 365 verront apparaître un message les invitant à télécharger l’application Outlook native. Les entreprises qui hébergent leurs propres serveurs Exchange devront avertir les collaborateurs concernés.

On comprend mieux, à la lecture d’un tableau comparatif signé Microsoft, que la transition en irrite certains.

Au contraire d’Outlook on the Web, les applications natives ne proposent pas de gérer des boîtes mail et des calendriers partagés, ni de renommer des dossiers (voire simplement d’en créer, sur Android), d’ajouter des fichiers depuis OneDrive for Business ou encore de classer des conversations par importance.

Assurant que les principales fonctionnalités manquantes seront intégrées d’ici à fin 2018, Microsoft recommande, en attendant, de se connecter à la web app Outlook par le biais d’un navigateur… en sachant qu’il faudra donc actualiser manuellement pour vérifier ses mails.

Une disparition des autres web apps de l’univers Office 365 n’est pas à l’ordre du jour, affirme à ZDNet.com un porte-parole de la firme.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur