Prism : la France serait moins exposée que l’Allemagne

Régulations
prism-ecoute-electronique-nsa

Les grandes oreilles du NSA, à travers le programme de cyber-écoutes Prism, provoquent une nouvelle vague de contestation en Europe, après de nouvelles révélations de l’hebdomadaire allemand Der Spiegel.

Malgré le tollé en Europe que suscite les révélations du Spiegel, l’administration Obama se contentera de fournir des explications sur Prism en s’appuyant uniquement sur les leviers diplomatiques.

Selon l’hebdomadaire de renom allemand, les services de renseignement américains multiplient les écoutes via les réseaux informatiques internes des sphères du pouvoir de l’Union européenne.

Et ce, quelle que soit la localisation des relais (Washington, Bruxelles, ONU).

C’est un nouveau pan de révélations liées à l’affaire Edward Snowden.

Cet informaticien américain a dévoilé l’étendue du programme Prism de cyber-écoutes d’envergure internationale pour le compte de la NSA.

Traqué par les services de police des Etats-Unis, il serait actuellement localisé en zone de transit à l’aéroport de Moscou après avoir quitté Hong-Kong. Il aurait demandé l’asile politique à l’Equateur.

Selon Der Spiegel qui a obtenu un document confidentiel de la part d’Edward Snowden, la NSA surveille en moyenne 20 millions de communications téléphoniques par jour en Allemagne et 10 millions d’échanges de données Internet.

En France, le “degré d’espionnite” serait moindre : deux millions de connections surveillées par jour.

D’autres pays comme l’Italie et la Grèce sont également visés.

Des canaux de communication comme les appels téléphoniques, les SMS, les e-mails et les forums de discussion seraient concernés.

L’historique des connexions serait sauvegardé sur les serveurs du QG de la NSA à Fort Meade (Etat du Maryland). Mais pas les contenus.

La Commission européenne et la France exigent des explications si les faits exposés par le magazine allemand sont avérés.

Catherine Ashton, figure de la diplomatie européenne, exige “d’urgence des clarifications” de la part des Etats-Unis (communiqué PDF).

Ainsi, Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, considère que “ces pratiques – si elles étaient confirmés – seraient tout à fait inacceptables.”

En Allemagne, pays où le sujet de la protection de la vie privée est sensible, le parquet fédéral d’Allemagne réfléchirait à la possibilité d’ouvrir une enquête.

Du côté des Etats-Unis, un porte-parole de la direction du renseignement national refuse tout commentaire sur le sujet.

La diplomatie américaine répondra au cas par cas. Tout en précisant à Reuters : “Les USA recueillent certaines informations à l’étranger, comme le font tous les pays.”

Mais cela ne suffira pas à calmer la tempête en Europe. Et les tensions pourraient susciter un malaise bien plus grand dans les relations transatlantiques.

Viviane Reding, commissaire européenne à la Justice et aux droits fondamentaux, est favorable à un gel des négociations commerciales avec les Etats-Unis pour établir un grand marché transatlantique.

——————-

Quiz : Connaissez-vous les VPN ?

——————-

Credit photo : Shutterstock.com

Lire aussi :

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur