Navette ultra-rapide : comment Virgin Hyperloop One a croisé le chemin de HERE

Apps mobilesEntrepriseMobilitéRéseauxStart-up
Hyperloop_Application_HERE_c

Le projet Virgin autour du train du futur devient plus tangible avec la démo de la capsule Virgin Hyperloop One XP-1 et un partenariat avec HERE (cartographie et géolocalisation).

Dans la série des projets Hyperloop, je demande Virgin.  La tenue du CES à Las Vegas la semaine dernière a permis de faire le point sur ce projet de transport du futur de Richard Branson, P-DG du groupe éponyme multisectoriel.

Le charismatique homme d’affaires britannique parie aussi  sur la technologie de navette sur coussin d’air propulsée à la vitesse du son et imaginée par Elon Musk (SpaceX, Tesla…).

En raison de turbulences au niveau de la direction de Hyperloop One, Richard Branson a pris la présidence non exécutive. Après avoir investi dans la société technologique californienne, il en a profité fin 2017 pour changer la dénomination en Virgin Hyperloop One, selon Les Echos.

Des projets similaires sont développés ailleurs comme ceux de l’américain Hyperloop Transportation Technologies ou HTT ( qui dispose d’un relais à Toulouse) et le canadien Transpod.

Elon Musk travaille lui-même sur un concept d’Hyperloop à travers les tunnels urbains censés émerger via The Boring Machine.

Comment Here collabore avec Virgin

A l’occasion du CES, Virgin Hyperloop One a donc dévoilé au grand public son “pod” de première génération (Virgin Hyperloop One XP-1 ).

La capsule utilisée en fin d’année dernière lors des tests à grande échelle avait atteint près de 390 km/h dans la boucle d’essai de Virgin installé à l’extérieur de Las Vegas.

Sur fond de promotion au CES, une jonction a été réalisée avec un prototype d’application mobile de transport exploitant la plateforme de géolocalisation HERE d’origine européenne.

Voir la vidéo YouTube de promotion :

L’application permet de simplifier et de personnaliser son voyage en ayant recours à différents modes de transports, dont les futures navettes de la start-up californienne.

Si l’idée folle de transporter des individus entre des villes telles que Las Vegas et Los Angeles en 30 minutes paraît futuriste, voire farfelue, l’application HERE donne une idée de l’apport que représente la technologie dans les transports.

Hyperloop_Application_HERE_a

Avec cette application qui intègre les voyages via Hyperloop dans ses suggestions pour amener une personne d’un point à un autre, la start-up tente bien évidemment de séduire le grand public mais également les grandes villes afin qu’elles adoptent sa solution dans le futur.

En intégrant des services tels que ceux de Lyft ou d’Uber, l’application présente une expérience de trajet « porte-à-porte ».

Ce fameux dernier kilomètre qui peut rallonger de manière substantielle la durée du trajet lorsqu’il y a par exemple des embouteillages est ainsi pris en compte dans l’app.

Car ce sont bien ces trajets pour atteindre les aéroports ou les gares qui rallongent les temps de transport.

 

Hyperloop : la bataille contre le temps

Hyperloop est présenté comme un mode de transport sans horaire précis puisqu’il devrait suffire d’attendre quelques secondes avant de sauter dans un pod pour se diriger vers une autre ville.

La fluidité à l’usage est donc bien l’un des points les plus séduisants dans ce futur mode de transport, au-delà même de la durée très courte des trajets.

En témoignage de sa volonté de devenir un véritable moyen de transport du futur dans le monde entier, l’application a été conçue à l’aide du kit de développement de logiciels mobiles du consortium de cartographie Here Technologies, qui comprend des données de cartographie et de navigation de 136 pays, des informations sur le transport en commun pour plus de 1 300 villes et des cartes 3D.

En plus de l’aspect marketing, il s’agit donc bien, avec cette application, de démontrer comment la technologie Hyperloop pourrait s’intégrer dans les réseaux de transport actuels, que ce soit le partage de vélos, les transports en commun, le covoiturage ou bien la voiture.

Si l’application est encore au stade du concept, elle sera lancée dès cette année et sera entièrement fonctionnelle, avec en sus la cartographie des espaces intérieurs comme les centres commerciaux et les aéroports.

Bien entendu, Hyperloop ne sera pas encore proposé comme une option pour les trajets. Mais, un tel calendrier agressif peut laisser penser que l’arrivée des pods d’Hyperloop dans les grandes villes est affaire de quelques années.

 

(Crédit photos : @Virgin Hyperloop One)

Lire aussi :

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur