Adblocking : Axel Springer poursuit sa croisade sur mobile

JuridiqueLégislationRégulations
axel-springr-blockr
4 1

Le groupe média allemand Axel Springer poursuit en justice l’éditeur de Blockr, une application qui permet de bloquer la pub dans le navigateur Web Safari sur iOS.

Axel Springer poursuit sa croisade contre les logiciels antipub.

Le groupe média allemand, qui exploite entre autres les quotidiens Bild et Die Welt, ouvre un front contre l’éditeur de Blockr.

Cette application, disponible sur iPhone et iPad, tire parti des possibilités avancées de blocage de contenus introduites avec iOS 9, dernière version en date du système d’exploitation mobile d’Apple.

Officiellement, elle est destinée à « améliorer l’expérience de navigation Web » pour les utilisateurs de Safari.

Outre la publicité, elle est capable de bloquer certains éléments lourds (images, vidéos), ainsi que les « boutons sociaux » (partage sur Facebook, Twitter…), mais aussi les cookies (ainsi que les messages d’avertissement associés) et plus globalement l’ensemble des collectes de données.

Axel Springer, dont la galaxie média est concernée par ce blocage, a déposé plainte en Allemagne, devant le tribunal civil de Stuttgart (Bade-Wurtemberg), via le cabinet d’avocats Lubberger Lehment, représentant sa filiale WELTN24.

Objectif de la démarche : obtenir une injonction préliminaire contre les développeurs de Blockr afin qu’ils ne puissent plus éditer aucun logiciel, ni même en faire une quelconque publicité, y compris via des tiers.

Cocréateurs de l’application, Arno Appenzeller et Tim Pollert estiment être dans la légalité : c’est l’utilisateur qui choisit d’installer Blockr et qui contrôle ensuite ce qu’il veut ou non voir pendant sa navigation sur le Web.

La balance a penché en leur faveur lors de l’audience du 19 novembre 2015, comme le relate Heise.de. Le tribunal a effectivement fait remarquer qu’Axel Springer disposait « d’autres recours », à l’image de cette décision prise début octobre.

Le groupe média empêche depuis lors l’accès à l’ensemble du site Bild.de pour les internautes utilisant un bloqueur de publicité, à moins qu’ils ne le désactivent, qu’ils mettent le site en liste blanche ou encore qu’ils payent 2,99 euros TTC par mois dans le cadre du nouvel abonnement BILDsmart.

Après environ un mois d’expérimentation, la direction du groupe avait fait un premier bilan, qualifié de « positif » : plus des deux tiers des internautes concernés auraient désactiver leur adblocker, sans baisse significative du trafic. Ce qui représente plusieurs millions de visites « monétisables ».

L’audience finale doit se tenir le 10 décembre 2015. Il faudra suivre, en parallèle, l’appel qu’Axel Springer compte interjeter devant la cour régionale de Cologne (Rhénanie-du-Nord-Westphalie) dans son contentieux face à Eyeo, éditeur d’AdBlock Plus.

Crédit photo : Franck Boston – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur