Android : cette fragmentation qui tarabuste Google

CloudMobilitéOS mobiles
android-fragmentation-google

Google aurait décidé de resserrer l’étau sur les fabricants de smartphones qui souhaitent commercialiser des produits non équipés de la dernière version d’Android.

Voici près d’un an, Phil Schiller, directeur marketing d’Apple, mettait en lumière une “fragmentation” dans l’univers Android.

Quelques jours avant la présentation du smartphone Samsung Galaxy S4, le top manager de “la marque à la Pomme” résumait la situation : “Seulement 16% des utilisateurs Android disposent d’une version récente, datant de moins d’un an. 50% d’entre eux exploitent une version qui a plus de deux ans.

A s’en fier aux statistiques fournies par Google, la situation n’a guère évolué depuis lors : la confusion règne toujours, soulevant notamment des problèmes de sécurité et de compatibilité des applications. A titre comparatif, plus de 80% des terminaux Apple seraient passés sous iOS 7, dernière déclinaison en date de la plate-forme.

Pour mettre un terme à ce phénomène de fragmentation, Google aurait décidé de pousser les fabricants à installer plus rapidement et plus massivement la version la plus récente d’Android sur leurs smartphones et tablettes. D’après un mémo transmis à plusieurs industriels (et dont MobileBloom s’est procuré une copie), les appareils mis sur le marché avec d’anciennes moutures de l’OS ne bénéficieront plus d’un accès au Play Store et aux services Google au-delà d’un certain délai.

Ce programme de certification serait entré en vigueur le 1er février 2014. ZTE, LG, HTC et Motorola en auraient été notifiés, au même titre que Samsung. A terme, chaque déclinaison d’Android sera considérée “obsolète” 9 mois après la sortie de la suivante. Pour l’heure, cette “fenêtre d’approbation” reste d’une durée variable. Google laisse par exemple jusqu’au 24 février aux constructeurs qui voudraient pré-installer “Jelly Bean” 4.2 – soit environ 16 mois après sa publication. L’intervalle sera réduit à un an avec la v4.3, avec une échéance fixée au 31 juillet prochain.

Passé ce délai, il ne sera plus possible de précharger et d’activer les services Google sur les terminaux livrés avec ces anciennes versions du système d’exploitation. Le groupe Internet ne s’exprime pas sur l’autre question fondamentale – en l’occurrence, la diffusion des mises à jour.

android-dates-limites

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : incollable sur Android ?

Crédit photo : Alexander Kazantzev – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur