Antitust : un autre front de contestation IT donne du fil à retordre à Google

Régulations
OIP-vs-Google-antitrust

Selon l’Open Internet Project, l’influence prédominante de Google nuit à l’économie numérique en Europe. Arnaud Montebourg s’en mêle.

Entre éditeurs de médias numériques, groupes de services Internet et gouvernements, un nouveau front IT commun franco-allemand se dessine pour lutter contre l’influence de Google. L’initiative Open Internet Project (OIP), qui a été dévoilée à Paris le 15 mai, vise à dénoncer la situation présumée prédominante de Google en Europe en matière de recherche sur Internet.

La part de marché détenue par Google sur le marché des moteurs (90%) serait étouffante.

Au-delà des acteurs ayant déjà déposé une plainte auprès de la Commission européenne, c’est une coalition d’un poids non négligeable importante qui s’exprime : des groupes éditeurs (Axel Springer, Lagardère Active, CCM Benchmark…), le Geste (organisation des éditeurs de contenus en ligne en France) mais aussi des tour operators dans le domaine du voyage en ligne issus d’une quinzaine pays d’Europe.

L’OIP a déposé une nouvelle plainte auprès de Bruxelles pour dénoncer les présumés excès de Google. Alors que Joaquin Almunia, commissaire à la Concurrence, pourrait prendre une décision sur l’enquête visant les pratiques de Google d’ici l’été après mainte tergiversations. La procédure officielle d’investigation avait été ouverte en novembre 2010.

“Mettre une régulation ad hoc du monopole Google” selon Montebourg

Simultanément, les gouvernements français et allemand font pression. “Je n’entends pas admettre que l’Europe et la France deviennent les colonies numériques des États-Unis”, déclare Arnaud Montebourg, ministre de l’Economie, du Redressement productif et du Numérique, dans une interview diffusée sur Atlantico. “Afin d’empêcher tout abus du pouvoir exorbitant entre les mains de Google, il convient de mettre en place une régulation ad hoc de son monopole. Nous allons présenter dans les semaines qui viennent des mesures coordonnées en ce sens”.

Selon Le Journal du Dimanche, Arnaud Montebourg et son homologue allemand Sigmar Gabriel ont écrit à Joaquin Almunia pour demander une nouvelle consultation afin de vérifier l’efficacité des propositions de Google soumises à validation auprès de la Commission européenne. Et éventuellement d’ouvrir une “procédure contentieuse”.

Parallèlement à l’offensive Open Internet Project, un autre réseau de professionnels avait initialement fédéré un cercle de services Internet qui contestait l’hégémonie de Google en Europe : le réseau ICOMP (Initiative for a Competitive Online Marketplace, 60 entreprises et associations professionnelles dont Mappy, Bottin Cartographes, Foundem, Wunderman, Microsoft…) mène des opérations de lobbying auprès de la Commission européenne pour dénoncer la position “prédominante” de Google dans plusieurs segments d’activités (recherche sur Internet, publicité).

Un dossier qui reste délicat pour la Commission européenne dont les membres du collège devraient être renouvelés après l’élection européenne du 25 mai.

Quiz : Moteurs de recherche : à part Google et Yahoo!, vous connaissez qui ?

Credit photos : Shutterstock.com –  Copyright: bluebay


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur