Box acquiert Airpost : pour qu’aucun cloud ne vous échappe

CloudEntrepriseFusions-acquisitionsGestion cloudStart-up
box-airpost

Box s’offre Airpost, start-up canadienne dont les technologies permettent aux entreprises de repérer et de contrôler l’usage des services cloud par leurs employés.

Première acquisition officielle pour Box depuis son introduction en Bourse.

Coté sur le New York Stock Exchange depuis le 23 janvier dernier, le pure player californien du cloud ajoute à son portefeuille une nouvelle brique sécurité, avec les technologies d’Airpost.

Fondée en 2012 à Toronto (Canada), cette start-up passée par l’incubateur Alchemist Accelerator – spécialisé dans le BtoB – a développé une solution Cloud Control Center qui permet aux organisations de découvrir et de gérer les applications cloud utilisées par leur personnel.

L’offre s’inscrit dans la problématique du “shadow IT”, induite par ces services en ligne que les employés exploitent sans que le(s) responsable(s) informatiques en aient nécessairement conscience. Quitte à contrevenir aux politiques de sécurité en exposant abusivement des données.

Dropbox pour le stockage, Evernote pour la gestion de tâches, mais aussi YouTube, Twitter, Facebook ou encore LinkedIn… Airpost ratisse large avec un objectif : proposer aux entreprises une alternative au blocage pur et simple de services cloud qui pourraient rendre les salariés plus productifs.

Comment ? En leur offrant davantage de visibilité sur l’usage de chacune de ces applications et sur leurs menaces potentielles en termes de sécurité, tout en leur permettant d’implémenter des règles individuelles en intégrant les profils d’utilisateurs existants.

Installable sur site ou utilisable en mode SaaS (Software as a Service), Cloud Control Center fermera le 1er mars 2015, comme le souligne Navid Nathoo dans une contribution blog.

Le fondateur et CEO d’Airpost précise que ses équipes rejoindront celles de Box… qui actionne là un nouveau levier BtoB pour maximiser ses marges. L’entreprise n’est effectivement toujours pas rentable : 129 millions de dollars de pertes sur les neuf premiers mois de l’année 2014, selon les indicateurs financiers publiés avant l’IPO.

Crédit photo : Steve Photography – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur