Concurrence : quand Uber faisait vivre un « enfer » à Lyft

Apps mobilesData-stockageE-commerceJuridiqueMarketingMobilitéRégulations
uber-hell-lyft
3 29 Donnez votre avis

Selon The Information, Uber a exploité pendant deux ans un logiciel permettant d’espionner les habitudes des chauffeurs affiliés à son concurrent Lyft. Une nouvelle casserole pour Uber.

Une nouvelle face obscure d’Uber vient d’être dévoilée avec Hell (« enfer »), une application qui permettait d’espionner les chauffeurs affiliés à son concurrent Lyft en vue de les rabattre vers son propre service de transport privé de passagers en voiture.

Selon les révélations de The Information, la manœuvre s’est échelonnée dans la période 2014-2016. Elle consistait à activer des faux comptes Lyft, qui laissaient penser que des courses avec des passagers étaient prévues dans divers points de la ville.

Avec l’exploitation connexe de « Hell », Uber était en mesure de suivre les déplacements de huit chauffeurs Lyft par faux compte créé.

Chaque chauffeur Lyft disposant d’un ID unique, la firme de Travis Kalanick était en mesure d’évaluer les habitudes de parcours des conducteurs affiliés à son concurrent mais aussi de ceux qui avaient choisi de jongler entre Uber et Lyft pour optimiser leur nombre de courses.

Avec ces données collectées, Uber était en mesure de proposer des offres plus alléchantes (bonus, promotions spéciales) aux chauffeurs tentés de se tourner vers une course commandée via Lyft.

L’exploitation de cette app « Hell » a permis d’écouler des millions de dollars de bonus aux conducteurs sollicités par Uber.

Selon The Information, seule une poignée de managers dont le CEO fondateur Travis Kalanick étaient informés de l’existence de « Hell ».

Mais la découverte de l’exploitation de cette app risque de tourner en sa défaveur. Lyft pouvant considérer l’utilisation de « Hell » comme illégale et anti-concurrentielle.

Déjà le mois dernier, la révélation de l’existence d’un autre logiciel Greyball avait provoqué un tollé. Selon The New York Times, Uber était en mesure d’exploiter des techniques de camouflage visant à contourner le contrôle des pouvoirs publics. La firme californienne assure que Greyball a été coupé depuis.

(Crédit photo : Uber – Instagram)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur