Décalé IT : “Ctrl + Alt + Suppr”, une mauvaise idée selon Bill Gates

Poste de travailRégulationsSystèmes d'exploitation
bill-gates-fonction-clavier

A l’époque de la conception du clavier dans les années 80, Bill Gates avait essuyé un refus de la part d’IBM pour effectuer un redémarrage plus simple de l’ordinateur.

La fonction “Ctrl + Alt + Suppr”, connue des utilisateurs PC sous Windows, est une “mauvaise idée”, considère Bill Gates.

Il aurait préféré une touche unique pour cette commande visant à redémarrer l’ordinateur.

En présentant ses excuses aux utilisateurs de PC, le co-fondateur de Microsoft, mais aussi l’homme le plus riche du monde désormais attachée à une vie philanthropique, a reconnu que cette commande était complexe.

Cela pouvait se comprendre pour éviter toute manipulation rapide qui aurait pu saboter le travail effectué sur l’ordinateur de manière trop abrupte.

Mais, lors d’une conférence à l’Université Harvard dans le cadre d’une collecte de fonds, Bill Gates a avancé une autre raison : “C’était une erreur… Nous aurions dû disposer d’un bouton unique, mais les gens en charge de réaliser le design du clavier IBM ne nous l’ont pas donné.”

En, fait, il faut revenir en 1984 pour comprendre “le drame” : David Bradley, alors ingénieur chez IBM en charge de la conception de l’IBM PC,  aurait refusé d’incorporer un bouton supplémentaire sur le clavier M.

Microsoft voulait l’exploiter comme commande pour réveiller un ordinateur en veille ou accéder au gestionnaire des tâches.

Du coup, c’est finalement la combinaison “Ctrl + Alt + Suppr” qui a été intégrée.

Sur une vidéo disponible sur YouTube en date de janvier 2011, on y voit David Bradley évoquer la fameuse anecdote.

A seigneur, tout honneur pourrait-on dire : ” Je l’ai peut-être inventée [cette combinaison], mais Bill l’a rendue célèbre.”

Lors de cette conférence plus récente à Harvard, Bill Gates  a tout de même vanté les mérites de ce clavier M, qui a tout de même révolutionné le travail de toute une génération d’informaticiens. Malgré cette imperfection.

Nous avions fait quelque chose de très astucieux avec ce clavier. Il y a généralement 128 touches avec les minuscules et les majuscules. Nous y avons rajouté des symboles sur celles du haut, ce qui permettait de faire plus d’essais, davantage au niveau des logiciels que du matériel.”

Conférence de Bill Gates à l’Université d’Harvard.

——Quiz——

Connaissez-vous bien Microsoft ?

——————

Crédit photo : 3777190317 / Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur