Ecrans souples : LG lance les hostilités

Mobilité
LG écrans souples flexibles

En accord avec sa feuille de route, LG s’apprête à lancer la production de masse d’un écran flexible de 6 pouces à technologie OLED, avec des ambitions dans l’univers de la mobilité et des objets connectés.

L’ordre de marche se précise dans le dossier des écrans flexibles.

Alors que Samsung s’apprête à officialiser, cette semaine, un smartphone Galaxy Note 3 ‘Active’ doté d’un panneau OLED incurvé, LG prend lui aussi l’initiative.

Aux dernières nouvelles, il était question que ‘l’autre Coréen’, fabricant des smartphones Optimus, investisse le créneau avant fin 2013, à la faveur d’un partenariat stratégique, sur son marché domestique, avec le ministère des Finances.

La production de masse devait débuter au 4e trimestre – à raison de 12 000 unités par mois – pour un lancement commercial à l’horizon 2014.

Cette version est confirmée, en accord avec la feuille de route.

Dans ses grandes lignes, le communiqué ne décrit toutefois pas, à proprement parler, d’écrans souples capables de plier sans rompre.

Référence est faite à un panneau OLED de 6 pouces à la structure concave, ‘incassable’ de par sa constitution : exit le verre, place au plastique, pour assembler à terme des produits électroniques plus légers.

Le modèle développé par LG pèse en l’occurrence 7,2 grammes, pour 0,44 millimètres d’épaisseur.

Ses propriétés physiques laissent entrevoir des perspectives sur le marché des vêtements et accessoires intelligents (‘wearable technologies’), lequel pourrait générer, selon IHS, 1,5 milliard de dollars en 2016.

Mais pour envisager un smartphone, une tablette ou une liseuse ainsi équipés, il faudra rendre malléables certains circuits électroniques et les batteries.

Il semble néanmoins que LG ait avancé ses pions plus rapidement qu’escompté, reflet d’une stratégie 2013 axée sur la R&D, avec des investissements rehaussés en conséquence.

A noter que les fabricants Junsung Engineering et Avaco auraient été sollicités pour fournir les composants embarqués dans ces panneaux OLED.

De son côté, Samsung va formaliser ses ambitions à travers le Galaxy Note 3 ‘Active’, mais la question de la production de masse reste en suspens.

Et pour cause : basé sur un brevet technologique acquis en 2011 auprès de l’Américain Vitex System, le processus d’encapsulation, qui vise à protéger hermétiquement l’écran OLED sensible à l’oxygène et aux moisissures causées par l’humidité, serait bien plus chronophage qu’escompté.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous les sous-traitants des géants de la high-tech ?

Crédit photo : Peter Sobolev – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur