Les entrepreneurs doivent revenir en France : Marc Simoncini « assume » son appel

EntrepriseGestion des talentsManagementStart-up
marc-simoncini-entrepreneurs
1 1

L’appel de Marc Simoncini (Meetic, Sense) visant à faire revenir en France les entrepreneurs expatriés a fait du bruit. « La vie en France a basculé en 48h », justifie-t-il.

Marc Simoncini s’attendait-il à déclencher une telle polémique avec sa réaction publiée sur Facebook juste après les attentats de Paris ? Probablement pas.

Le Net-entrepeneur (Meetic, Sensee…) et gestionnaire du fonds Jaina Capital avait lancé un appel à ses « chers amis entrepreneurs (…) très nombreux à avoir quitté la France, pour des raisons personnelles parfois et fiscales souvent ».

En raison des circonstances exceptionnelles liées au contexte de « guerre », Marc Simoncini appelle à une mobilisation de toutes les forces entrepreunariales.

« Nous avons besoin ici de toutes les forces, de toute l’intelligence et de tous les moyens pour que notre pays reste une belle grande nation laïque de droit de liberté et de tolérance », clame-t-il sur Facebook.

« Notre pays vous à donné la chance de réussir vos vies et vous faites partie des quelques % de l’humanité qui ont tellement plus que nécessaire. Alors, mes amis, je vous en conjure, revenez en France. »

Cet appel a suscité un long fil de réactions intéressantes au regard des arguments divers avancés. Mais généralement, les avis divergents sur plusieurs points : avantages fiscaux, réel esprit d’entreprise associé à la France, doute sur l’accueil réservé aux entrepreneurs expatriés (dans la lignée de l’initiative « Reviens Léon« ).

Petits extraits tirés du fil de discussion accessible via Facebook bien alimenté :
–  » Les entrepreneurs expatriés sont des ambassadeurs de la France et non des fuyards. Ils nous montrent le chemin, nous montrent que tout est possible n’importe où dans le monde. Arrêtons de les blâmer et soyons fiers d’eux. »;
– « Le problème n est pas de payer des impôts en France. C’est très réducteur de penser que tous les entrepreneurs et les jeunes forces quittent la France pour des raisons fiscales ou pécuniaires. Et bien sur qu’il est facile de payer ses impôts, mais où vont-ils ?? 30 ans de démagogie. Par ailleurs, il n’est pas possible en France, de réussir, de gagner de l’argent sans être taxé d’affreux capitaliste ! »;
– « Les entrepreneurs ont besoin de se sentir libres, leur terrain de jeu c’est la France, l’Europe, le monde… on peut vivre n importe où, aimer la France et soutenir ses entrepreneurs partout où ils sont ou rêvent aller. »

Marc Simoncini persiste et signe

Face aux nombreuses réactions, Marc Simoncini vient de préciser sa réflexion dans une interview accordée à Challenges : « J’ai écrit ce texte dimanche, derrière mon ordinateur, à chaud, comme un cri du coeur. C’est une contribution épidermique, un peu à l’emporte-pièce mais j’assume. Je ne m’attendais pas à ce que ça prenne comme un feu de paille, j’ai été submergé de réponses sur les réseaux, de SMS, de coups de fil. »

Marc Simoncini fonde son appel aux entrepreneurs sur ce qu’il considère comme un nouveau paradigme : « La vie en France a basculé en 48h. Aujourd’hui, nous sommes en guerre. Et le nerf de la guerre, c’est l’argent. »

Tout en poursuivant : « A un moment, il faut arbitrer entre le pognon que tu as et le pays dans lequel tu veux vivre. »

En signant et en persistant, le débat sur la perception et le statut de l’entrepreneur risque de repartir de plus belle. Contexte de guerre ou pas.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur