Flash : Adobe annonce la fin de son support pour 2020

Poste de travail
adobe-flash-player-faille-hackingteam-corrigee

Adobe annonce la fin du support de Flash pour 2020. Un passage de relais avec les technologies ouvertes intégrées nativement dans les navigateurs Web modernes.

Adobe annonce que la technologie Flash ne sera plus prise en charge à partir de 2020.

Jusque-là, l’éditeur de logiciels continuera, en partenariat avec Apple, Mozilla, Microsoft et Google, d’offrir des mises à jour de sécurité pour son extension.

Adobe précise que les navigateurs modernes, conjointement avec le HTML5, ont permis de répliquer les fonctionnalités proposées par Flash sans besoin d’extension tierces.

La fin du support de Flash est un serpent de mer, surtout depuis la fameuse lettre de Steve Jobs qui jetait l’opprobre sur l’extension d’Adobe. Le fait qu’Apple se soit toujours tenu à l’écart de Flash a ainsi joué un rôle dans le développement et l’adoption de technologies ouvertes alternatives.

D’ailleurs, l’équipe Webkit d’Apple précise, dans un billet de blog, que ses clients pourraient bien même ne pas remarquer de différence, car Flash n’est plus installé sur les Mac depuis 2010, que Safari demande l’autorisation avant de l’exécuter et que les terminaux iOS ne l’ont jamais pris en charge.

Google explique dans une contribution de blog que si 80 % des utilisateurs de la version bureau de son navigateur Chrome l’utilisaient chaque jour il y a 3 ans, ils ne sont plus que 17 % aujourd’hui.

Au souvenir de Silverlight

De son côté, Adobe justifie l’extinction annoncée de Flash ainsi : « Dans la mesure où des standards ouverts comme HTML5, WebGL et WebAssembly ont mûri au cours des dernières années, la plupart d’entre eux offrent maintenant de nombreuses fonctionnalités apportées à l’origine par les extensions et sont devenus une alternative viable pour le contenu sur le Web. »

Les sites migrent en effet largement vers des technologies Web ouvertes, plus rapides et plus puissantes que Flash. Elles sont aussi plus sécurisées.

Tous les utilitaires, les services et le contenu sont maintenant directement intégrés dans le code Web lui-même, comme le montre le HTML5. Quant au rendu graphique, il peut être géré par WebGL.

Adobe reste toutefois fier de l’héritage de Flash. Malgré ses défauts, il convient en effet de rappeler qu’il a notamment joué un rôle central dans l’introduction de la vidéo et du jeu sur le Web. Microsoft avait d’ailleurs essayé de lancer un concurrent avec Silverlight en 2007. Mais l’emprise de Flash sur le marché était si forte que cela n’a pas marché.

Adobe va poursuivre ses efforts dans la création de contenu basé sur le Web ouvert. Animate CC est son outil pour les animations interactions qui peuvent être publiées sur plusieurs plateformes dont HTML5 Canvas, WebGL… L’éditeur a aussi développé Premier Pro CC, qui consiste en un outil permettant d’éditer des vidéos pouvant être lues sur des sites Web compatibles avec la norme HMTL5.

(Crédit photo : Shutterstock.com)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur