La FNAC cale en Bourse : la distribution chahutée par le numérique (suite)

Marketing
fnac-bourse

Pour sa première journée en Bourse, l’action de l’enseigne de distribution de produits culturels et high-tech a reculé de 13,64%. Pas évident d’attirer les investisseurs sur ce marché alors que Virgin Megastore a coulé.

Le titre FNAC a été secoué pour son premier jour de cotation sur NYSE Euronext Paris.

Ce n’est guère surprenant alors que le scénario d’un processus dIPO avait été dévoilé dans le courant de l’automne 2012, faute d’avoir trouvé un repreneur.

Certains actionnaires de Kering (ex-groupe PPR qui a organisé cette scission avec la Fnac considérée comme un actif non stratégique) étaient trop pressés de se débarrasser des actions relatives à l’enseigne de distribution de produits culturels et high-tech.

C’est le phénomène du flowback ou la vente massive de titres immédiatement après une opération de placement, selon LeMonde.fr.

Le prix de référence pour l’introduction en Bourse était à 22 euros. Mais le titre a fini à 19 euros en fin de journée avec une baisse lissée à – 13,64 %. Mais globalement, la journée a été mauvaise à la Bourse de Paris.

L’annonce de la liquidation judiciaire du concurrent Virgin Megastore survenue la semaine dernière a également refroidi les éventuelles ardeurs des investisseurs.

La distribution physique des livres, de la musique, des films et des logiciels est affectée par la diffusion Internet.

Et certaines enseignes trop ancrées dans une approche ” brick and mortar” ne résistent pas au rouleau compresseur de la dématérialisation.

Pour le cas de la FNAC, le P-DG du groupe Alexandre Bompard défend une stratégie multi-canal et “web-to-store”.

Si le site marchand Fnac.com réalise 15% du chiffre d’affaires groupe, le dirigeant considère que les synergies Web – magasins sont pertinentes voire essentielles à la survie de la société.

Précisons que les liens entre la FNAC et Kering (ex-PPR) ne sont pas totalement dissolus : Artemis, holding de la famille Pinault qui contrôle Kering, a vocation à conserver 39 % du capital de la Fnac jusqu’en 2015.

Sa participation devrait se réduire ensuite à hauteur de 25%.

Mais, d’ici là, il faudra que la FNAC poursuive sa mutation pour s’adapter à la nouvelle donne du numérique.

——————

Quiz : Connaissez-vous bien les enseignes du high-tech en France ?

—————–


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur