Free Mobile : Eric Besson tire la couverture réseau vers lui

Mobilité

Le ministre en charge de l’Economie numérique demande à l’ARCEP de vérifier l’état du réseau de Free Mobile (couverture, qualité). Le régulateur des télécoms va s’y employer mais évacue les polémiques. Pour l’instant.

Eric Besson sollicite l’ARCEP pour vérifier la véritable couverture réseau de Free Mobile.

Pour que cessent les polémiques sur le niveau de couverture et la qualité du réseau.

“Suite au lancement des offres de Free Mobile, et à la souscription de premiers abonnements, de nombreuses interrogations sont apparues quant à la réalité du respect par l’opérateur de ses obligations de couverture et de la disponibilité de ses services.”

La lettre du ministre chargé de l’Industrie, de l’Énergie et de l’Économie numérique, adressée à l’Autorité de régulation des télécoms, a été publiée par Le Figaro (pdf).

“Je vous serais reconnaissant de bien vouloir me confirmer le respect par l’opérateur Free Mobile de ses obligations en matière de couverture de la population et de la disponibilité du service résultant de son autorisation et permettant à cet opérateur de bénéficier d’un droit d’itinérance sur le réseau d’un opérateur mobile tiers [c’est à dire Orange, ndlr] afin de compléter sa couverture du territoire national.”

Eric Besson considère que “de nombreuses interrogations sont apparues quant à la réalité du respect par l’opérateur de ses obligations de couverture et de la disponibilité de ses services.”

Dans un communiqué, l’ARCEP explique la démarche engagée.

Il sera demandé à Free Mobile d’actualiser les informations relatives à l’état de son réseau “et des motifs qui auraient pu la conduire, le cas échéant, à l’extinction de certaines stations de son réseau”.

L’autorité de régulation des télécoms s’engage “à vérifier sur le terrain, selon la même méthode que celle utilisée pour les précédents contrôles”.

Les résultats seront rendus publics.

L’ARCEP en profite pour demander un appui des moyens techniques de l’Agence nationale des fréquences (ANFR). Et ce “pour faciliter les contrôles de couverture des réseaux des opérateurs mobiles”.

Le régulateur des télécoms rappelle qu’une vérification avait été menée fin 2011 par ses soins avant le lancement commercial des offres Free Mobile (survenu le 10 janvier 2011).

Il avait été établi un contrôle de fiabilité et une évaluation du taux de population couverte pour voir si Free Mobile remplissait les engagements pris devant l’ARCEP.

Précisons le cadre initialement établi : le nouvel opérateur mobile devait atteindre par son réseau propre une couverture nationale d’au moins 27 % de la population à partir du 12 janvier 2012. “Cette obligation s’entend hors itinérance avec le réseau d’un autre opérateur mobile.”

Bilan à fin 2011 avalisé par l’ARCEP : “Free Mobile respecte à cette date le niveau de déploiement 3G.”

(Lire la fin de l’article page 2)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur