Free Mobile : les MVNO protestent contre les tarifs de gros

Mobilité

Free Mobile s’était engagé à offrir des conditions avantageuses aux opérateurs mobiles virtuels souhaitant exploiter son réseau. Selon Alternative Mobile (club des MVNO), on est loin du compte en termes d’attractivité.

Les opérateurs mobiles virtuels (MVNO en anglais) sont très remontés contre Free Mobile.

Le petit dernier de la téléphonie mobile française vient de dévoiler les conditions commerciales qu’il compte soumettre aux MVNO souhaitant bénéficier du nouveau réseau hôte.

Free Mobile acceptera les Full MVNO (“opérateurs dégroupés”) et les MVNO Light (contrat classique MVNO), selon la documentation fournie par la maison-mère Iliad.

Il répond ainsi aux engagements pris devant l’ARCEP. Mais ce premier catalogue fait des vagues auprès du segment des opérateurs mobiles concernés

Les tarifs de gros en fonction des services mobiles (voix, data) sont résumés dans deux tableaux ci-dessous.

Ils se révèleraient peu attractifs au regard de la couverture relative de la population (environ 30%) du réseau Free Mobile.

Pour les Full MVNO :

Notons que le document précise que “les tarif du contrat seront établis dans le cadre du cahier des charges définitif en fonction, notamment, des conditions de raccordement au réseau Free Mobile et des engagement de volumes minima de minutes, SMS et data.”

Tout est donc théoriquement négociable.

Pour les MVNO Light :

Ces opérateurs, moins impliqués, ne pourront négocier que les tarifs du roaming, de l’international, des MMS ou des numéros surtaxés.

Une offre de gros qui est très loin de satisfaire les MVNO.

Regroupés dans l’association Alternative Mobile, ils dénoncent ce qu’ils considèrent comme les promesses non tenues de Free pour animer la concurrence.

Par communiqué, les opérateurs virtuels proclament: “Ces tarifs constituent un véritable camouflet infligé à l’ARCEP, qui avait accordé à Free Mobile sa meilleure note sur le critère de l’animation de la concurrence, compte tenu de ses engagements en direction des MVNO.”

Selon eux, ces offres empêchent tout simplement qu’un MVNO puisse concurrencer les offres de détail de Free.

À titre d’illustration, le simple abonnement mensuel d’accès (avant même le paiement des communications) est déjà à 2 euros HT par mois, soit plus cher que l’offre de détail de Free Mobile à 2 euros TTC/mois comprenant 1 heure de communication et 60 sms !” , proteste le club des MVNO.

Selon Alternative Mobile, la stratégie consiste à “évincer massivement et rapidement les acteurs qui ont introduit la concurrence en France, qu’il s’agisse de tous les MVNO ou même au-delà.”

Les MVNO demandent à l’ARCEP et à l’Autorité de la concurrence d’obliger Free a respecter “la lettre et l’esprit de ses engagements“.

*Membres de l’association Alternative Mobile : Afone, Auchan Telecom, Carrefour Interactive, Coriolis Telecom, Lebara, NRJ Mobile, Omea Telecom, Ortel Mobile, Prixtel et Transatel. Grand absent du club : Virgin Mobile.

Logo : © Mirek Hejnicki – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur