Google AdSense : la répartition du business révélée

Cloud

Google admet qu’il redistribue aux éditeurs tiers entre 51% et 68% du chiffre d’affaires généré via Google AdSense. Un vrai début de transparence.

Google joue un peu la transparence en termes de répartition des revenus émanant de son service AdSense, le service équivalent de Google AdWords mais à destination des éditeurs tiers.

Dans une contribution en date du 24 mai sur un blog officiel de Google, Neal Mohan, Vice President, Product Management, rappelle qu’il existe deux principaux services AdWords : le premier orienté contenus (AdSense for content à inclure dans les pages de contenus) et le second orienté recherche (AdSense for search, à inclure dans les pages de résultats d’un moteur).

Pour le volet AdSense for content qui touche la majorité des éditeurs), Google redistribue une proportion de 68% des revenus publicitaires à ses affiliés AdSense.

“La proportion restante que nous percevons reflète les coûts d’exploitation et les investissements dans les développements pour améliorer la plate-forme”, explique Neal Mohan. “Depuis le lancement d’AdSense for content en 2003, ce taux n’a jamais varié.”

Pour les partenaires AdSense for search, la proportion du chiffre d’affaires redistribuée est de 51% (taux réhaussé en 2005). Mais le niveau de partage serait moindre en raison de développements plus poussés liés à la technologie cœur du moteur et les technologies AdWords.

Dans la gamme AdSense, il existe d’autres variations : AdSense for mobile, AdSense for feeds (fils RSS) et AdSense for games (jeux). Mais les taux de redistribution ne sont pas communiqués car trop fluctuants en raison de l’émergence de ses marches.

Google espère que cette “transparence additionnelle” favorisera le business avec les éditeurs, tout en considérant comme le plus généreux comparé à ses concurrents.

Ce geste de Google est à rapprocher avec les polémiques sur le business présumé que Google se fait sur le dos des éditeurs médias.

Ainsi, en Italie, le groupe Internet fait l’objet d’une plainte devant l’autorité de la concurrence. Motif : les éditeurs de presse se plaignent du manque à gagner lorsque leurs contenus sont repris sur Google News.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur