Haut débit : vers l’émergence d’un réseau de fournisseurs d’accès associatifs

CloudRégulations

Le FAI alternatif French Data Network tente de répliquer sa vision “d’un Internet libre et neutre” dans l’Hexagone. Un premier projet local baptisé ilico (Internet Libre en Corrèze) fait surface.

Dans un contexte marqué par la concentration des acteurs et le tassement progressif du nombre d’abonnés, le marché de la fourniture d’accès Internet est un marché difficile.

Pourtant, avec les réseaux initiés par les collectivités (RIP), l’Hexagone a vu émerger des fournisseurs locaux indépendants qui ciblent pour la majorité d’entre eux les professionnels.

Ces nouveaux acteurs proposent généralement des packages de services (hébergement, VoIP, sauvegarde…) dont l’accès Internet n’est qu’une composante.

Ils peuvent ainsi générer des revenus suffisants pour construire un modèle économique pérenne.

Mais quid du marché ciblant les particuliers ?

Si peu d’acteurs ont émergé ces dernières années sur ce marché, le fournisseur d’accès associatif French Data Network (FDN) souhaite que la tendance s’inverse. Pour cela, il propose de créer des essaimages partout en France.

Il compte s’appuyer sur des compétences régionales pour faire émerger des micro-FAI.

Son principal argument est simple : accueillir tous les internautes qui veulent profiter “d’un Internet libre et totalement neutre”. Et qui seraient prêts à dire adieu aux traditionnels forfaits à 29,90 euros par mois.

Quel est le nom de l’un des tous premiers projets sous cette forme d’essaimage ? “Ilico” pour “Internet Libre en Corrèze“.

“L’idée de monter un tel projet trottait dans la tête des co-fondateurs, Thomas Guillot et moi-même”, explique Julien Rabier, président de l’association Ilico.

“Depuis quelques mois (…) Elle s’est concrétisée à la faveur du projet de l’association FDN de fédérer les initiatives locales dans ce sens.”

Actuellement, la jeune association finalise les démarches qui lui permettraient de proposer son service sur le territoire corrézien.

Une déclaration pour adopter un statut d’opérateur auprès de l’ARCEP est en cours.

“Les démarches sont relativement simples mais demandent un peu de temps (obtention d’un numéro SIREN, ouverture d’un compte en banque, etc.) “, relate Julien Rabier.

Nous tenons à être déclarés auprès de l’ARCEP car c’est ce qui nous fera exister en tant qu’opérateur pour fournir de l’accès à Internet à n’importe quel habitant corrézien pourvu d’une ligne téléphonique, qu’il soit dégroupé ou non” , ajoute-t-il.

Pour commencer, Illico ne compte pas investir dans une infrastructure dégroupée, ni même de collecte des liaison DSL ou Wimax. Trop cher pour un petit acteur.

“Dans un premier temps, nos tarifs seront calqués sur ceux de FDN dont nous allons utiliser la collecte [FDN utilise la collecte de Nerim, ndlr] mais cela évoluera.”

Si le succès est au rendez-vous, l’association pourrait se doter de sa propre infrastructure et étendre ses services à la toute la région Limousin.

Elle réfléchit d’ailleurs à l’opportunité de se raccorder sur le réseau Dorsal mis en place par le conseil régional et déjà utilisé par Proximao, un autre opérateur local indépendant mais à vocation commerciale.

(Lire la suite de l’article page 2)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur