IDF 2014 : Intel lance son nano-ordinateur Edison

Mobilité

Intel investit le secteur de l’électronique à porter sur soi avec sa plate-forme Edison, un mini-ordinateur au format très réduit qui est désormais commercialisé.

A l’occasion de la session IDF 2014  de San Francisco, Intel a annoncé que son nano-ordinateur mono-carte Edison était dès à présent disponible et livré aux distributeurs. Mais chacun sa religion dans la dénomination : Silicon.fr préfère parler de “pico-ordinateur”.

Edison avait été dévoilé pour la première fois lors de la convention CES organisée à Las Vegas en début d’année. De la taille d’une carte SD, la version présentée embarquait un SoC Quark gravé en 22 nm. Quark étant cette nouvelle gamme de processeurs présentée lors de l’IDF 2013 comme la réponse d’Intel à ARM et ses microcontrôleurs à architecture ARM Cortex-M0, Cortex-M0+, Cortex-M3 et Cortex-M4.

Le P-DG d’Intel Brian Krzanich ne cachait pas les ambitions du groupe avec ce processeur ultra-compact et à très faible consommation électrique. Une puce taillée et pensée pour rendre “intelligent” tout et n’importe quoi, à commencer par les “wearable devices“.

Fin mars 2014, Intel mettait à jour Edison en lui permettant de gérer plus de capteurs via un hub, un impératif pour développer des produits électroniques à porter sur soi destinés au fitness et au “quantified-self” (mesures sur soi). La connectivité sans fil a également été améliorée pour faciliter le transfert de données vers le cloud notamment. La surface d’Edison augmentait alors sensiblement à raison de 1 mm sur chaque côté.

Mais, surtout, la firme high-tech de Santa Clara évoquait une nouvelle version de l’Edison embarquant un processeur Atom double coeur à architecture Silvermont. C’est finalement une version de l’Edison embarquant les SoC Atom Silvermont (cadencé à 500 MHz) et Quark (cadencé à 100 MHz) qui est rendue disponible. La puce Atom est le SoC principal tandis que le Quark joue le rôle de microcontrôleur embarqué.

L’ensemble est épaulé par 1 Go de DRAM LPDDR3 (en configuration 2 x 32 bits) et le stockage est assuré par 4 Go de mémoire flash eMMC à portes NAND. La connectivité sans fil (Bluetooth 4.0 et Wi-Fi 802.11a/b/g/n) est assurée par une puce Broadcom 43340.

Le petite carte, qui dispose d’entrées/sorties SPI, GPIO, UART et USB 2.0 OTG (On-The-Go), tourne sous la distribution Yocto Linux V1.6 et ne mesure que 35,5 x 25 x 3,9 mm. Elle peut être exploitée seule par les développeurs ou bien associée à d’autres cartes de développement Arduino pour bénéficier de leurs entrées/sorties et d’autres fonctionnalités.

Pour l’heure, Intel indique deux détaillants en ligne pour acquérir Edison. Sparkfun propose ainsi la carte Edison pour moins de 50 dollars tandis que Maker Shed commercialise l’Intel Edison Breakout Board Kit et l’Edison Kit for Arduino aux tarifs respectifs de 75 et 107 dollars. On peut également la trouver sur Mouser.fr au tarif de 53,56 euros (pour une unité commandée) tandis que les cartes sont proposées à 58,93 euros (Edison Breakout Board Kit) et 83,83 euros (Edison Kit for Arduino).

Dans le secteur en plein essor de l’Internet des objets, il faudra donc bien compter sur les puces Quark et Atom Silvermont. Intel entrevoit clairement ce secteur comme un levier de croissance pour ses livraisons de processeurs. Mais la concurrence promet d’être rude avec les puces à technologie ARM.

   

Crédit photos @Intel


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur