“Juif ou pas Juif? ” : la LICRA demande des comptes à Apple devant la justice

Marketing

Bien que bannie de l’App Store depuis la France, l’application iPhone “Juif ou pas Juif?” prête encore à polémiques. La LICRA attaque Apple malgré une esquisse de coopération.

La LICRA ne relâche pas la pression sur Apple à propos de l’application iPhone “Juif ou pas Juif ?“.

Le 23 septembre, elle a assigné Apple en référé devant le tribunal de grande instance de Paris.

L’association requérante demande que la firme américaine “soit contrainte de mettre fin sous astreinte au trouble manifestement illicite généré par ce qui demeure un fichier juif”.

Commercialisée 79 centimes par un développeur qui se dit juif basé à Marseille (), l’application “Juif ou pas juif?” proposait l’accès à une liste de 3500 personnalités d’origine ou de religion juive.

Selon Le Parisien, elle a été développée par un Franco-Britannique de 35 ans, ingénieur R&D pour le compte d’une firme britannique, du nom de Johann Lévy (qui se déclare lui-même juif).

L’application avait provoqué une belle pagaille la semaine dernière. En France, il est interdit d’exploiter des données nominatives associées à ses croyances religieuses.

En théorie, le développeur risque gros :  le Code pénal français prévoit une peine cinq ans d’emprisonnement et 300000  euros d’amende sont encourus contre quiconque “met ou conserve en mémoire informatisée, sans le consentement exprès de l’intéressé, des données à caractère personnel qui, directement ou indirectement, font apparaître, notamment, leur opinion religieuse”.

C’est l’une des grandes différences avec les Etats-Unis. Une application mobile similaire existe d’ailleurs outre-Atlantique et elle n’a pas provoqué de tollé.

Ce sujet en France reste sensible, due en partie à notre Histoire (avec la période sombre de la collaboration avec le régime nazi et la déportation de Juifs lors de la deuxième Guerre mondiale).

Dès que la polémique “Juif ou pas Juif ?” a commencé à prendre de l’ampleur, diverses organisations comme le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), l’Union des étudiants juifs de France (UEJF), SOS Racisme et la la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA) ont demandé le retrait immédiat de cette application.

On croyait que l’affaire était enterrée avec la décision d’Apple de retirer l’application jugée douteuse de l’App Store en France.

Même si on pouvait la retrouver sur la déclinaison belge de la place de marché d’applications d’Apple.

Mais la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme refuse d’en rester là.

Même si l’association prend acte qu’Apple “s’est résolu à cesser la vente” de l’application, elle constate que l’outil demeure “accessible pour les utilisateurs qui l’avaient déjà téléchargée”.

L’audience de référé devrait se tenir début octobre.

La LICRA avait déjà mené d’autres combats face à des acteurs du monde numérique. Ce fût le cas avec Yahoo au début des années 2000 qui proposait aux enchères des objets nazis.

Parallèlement, d’autres initiatives similaires laissent également un brin perplexe comme l’application “Mon fils est-il gay ?” disponible sur iPhone pour évaluer “le risque d’homosexualité de sa progéniture pour 1,99 euro”, selon Rue89.

La CNIL, qui dispose d’une nouvelle présidente Isabelle Falque-Pierrotin, a du pain sur la planche sur la question de la protection des données personnelles associée aux applications mobiles….


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur