Le cloud est plus collaboratif avec Salesforce

CloudEntreprise

Salesforce tente une approche du grand public et des PME avec Do, un outil de gestion de projets intégré dans un cloud qui comprend diverses applications sociales dédiées au travail collaboratif.

Spécialiste du SaaS, Salesforce lance une version bêta publique d’un nouveau service de gestion de projets baptisé Do.

L’outil s’intègre au cloud de l’éditeur et vise essentiellement les petites équipes, dans le cadre de travaux collaboratifs domestiques ou professionnels.

Entrevue, un peu plus tôt dans l’année, lors de l’événement DreamForce de San Francisco, cette solution logicielle initie un rapprochement avec le grand public et se présente comme l’un des fers de lance d’une révolution sociale via le cloud computing.

Elle s’adjoint en effet à la plate-forme Social Enterprise, auxiliaire dans le développement, le déploiement et l’utilisation, dans le nuage, d’applications dotées de fonctionnalités mobiles, notamment la prise en charge de commandes tactiles grâce au HTML5.

Dell a déjà manifesté son intérêt vis-à-vis d’un tel concept et a développé en conséquence, avec le concours de Salesforce, une application de CRM à destination des PME.

Avec Do, la donne change et s’ouvre à tout utilisateur soucieux d’entretenir une continuité dans l’exécution de travaux collaboratifs.

A cet effet, l’interface prend la forme d’une liste de tâches, elles-mêmes regroupées dans des dossiers représentatifs de projets organisés en fonction de leur priorité, de leur occurrence calendaire ou encore de leur affectation (privé, professionnel, etc.).

Vice-président senior de Salesforce.com, Sean Whiteley évoque une intégration de l’écosystème de Google (les Apps et la messagerie Gmail), aux côtés de Dropbox.

Le service s’apparente ainsi à un cloud dans le cloud, un agrégateur particulièrement adapté à un usage en petit comité d’une dizaine de personnes. Un substitut de Microsoft Outlook, en quelque sorte.

A la racine du projet, le rachat, début 2011, de la société Manymoon, dont Salesforce s’approprie les travaux, toutefois intégralement supplantés par le nouveau Do, réécrit en HTML5, dans l’optique de lui procurer une portabilité logicielle étendue.

iOS a même droit à un client natif, quand une mouture générique est disponible dans le parc applicatif de Google, sur l’App Exchange de Salesforce.com et au sein du Chrome Web Store.

Tous les titulaires de comptes Manymoon sont invités à effectuer une migration vers un service gratuit dans sa version basique.

Sur la base d’un modèle Freemium, une formule payante devrait faire son apparition en 2012 et offrir des fonctionnalités supplémentaires d’administration.

Ses propos rapportés par ReadWriteWeb, Sean Whiteley en conclut que “Do.com est moderne et au goût du jour“. Il ajoute que l’API est ouverte dès à présent aux développeurs.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur