L’i-Mode poursuit sa conquête de l’Europe

Cloud
Information - news

L’Espagne est le cinquième pays européen à adopter l’i-Mode. Le protocole de télécommunications japonais empiète bel et bien sur le territoire du Wap et bénéficie de la mauvaise image de ce dernier pour s’imposer. Mais il ne faut pas oublier que même au Japon, le Wap aussi s’est fait une place…

L’Europe avait avec le Wap son protocole de télécommunications, l’Asie (et plus particulièrement le Japon et la Corée du Sud) avait le sien avec l’i-Mode. Aujourd’hui, les données ne sont plus aussi simples. Avec l’échec du Wap sur GSM, l’Europe s’est mise à regarder un peu plus vers l’Orient. Il faut dire qu’avec 32 millions d’abonnés à l’Internet mobile au Japon, les opérateurs européens se sont vite montrés intéressés. Tant et si bien que l’i-Mode est parvenu à prendre place en Europe. Après l’Allemagne, les Pays-Bas, la Belgique et la France avec Bouygues Telecom (voir édition du 17 avril 2002), c’est au tour de l’Espagne de se laisser convaincre par le modèle japonais.

Telefonica Moviles vient en effet d’annoncer qu’il venait de signer un accord avec NTT DoCoMo lui permettant d’exploiter sous licence sa technologie i-Mode. Les services seront lancés par Telefonica Moviles Espana, une filiale de Telefonica Moviles, à compter du premier semestre 2003.

Une issue incertaine

Difficile d’envisager la victoire de tel ou tel protocole en Europe car, si le Wap bénéficie d’une longueur d’avance, l’i-Mode possède un fort capital de confiance et de réussite. Et même au pays du Soleil Levant, le deuxième opérateur nippon utilise le Wap sans pour autant paraître ridicule aux yeux des Japonais. Les opérateurs français l’ont par ailleurs bien compris. Ils communiquent tous sur les services, en oubliant tout le côté technologique tant au niveau des débits que du protocole utilisé.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur