Navigateurs : Chrome s’impose du desktop au mobile

Cloud
navigateurs-chrome-desktop-mobile

L’influence grandissante de Google Chrome sur le marché mondial des navigateurs Web se confirme au dernier pointage de Net Applications. Même constat chez StatCounter.

Quand bien même leurs estimations ne s’appuient pas sur le même échantillon de sites Web, Net Applications et StatCounter s’accordent sur la tournure du marché mondial des navigateurs Web : tous les indicateurs sont au vert… pour Chrome.

La montée en puissance du butineur de Google se confirme : il est le seul à afficher une part de marché à deux chiffres aussi bien sur les plates-formes desktop que sur les terminaux mobiles. Internet Explorer s’épanouit certes sur les ordinateurs de bureau, mais reste peu influent sur les smartphones et les tablettes. Même constat pour Firefox. C’est l’inverse pour Safari, porté par le succès de l’iPhone, mais dont la part de marché sur desktop n’évolue pas depuis plus d’un an.

Une seule baisse à signaler pour Chrome. Elle est relevée par Net Applications : 19,61% des visites enregistrées sur desktop au mois d’août, c’est 0,76 point de moins qu’en juillet… mais 3,39 de plus qu’en début d’année. Confortant sa 2e place sur ce segment, le navigateur de Google brille surtout par sa constance sur mobile : +1,63 point en un mois, sur un rythme de croissance régulier (19,66% au 31 août ; 18,03% à fin juillet ; 16,67% fin juin ; 15,79% fin mai ; 14,4% fin avril…).

Dans l’ombre de Chrome, Firefox se relance un peu sur desktop (+0,15 point en un mois), mais reste dans le rouge depuis le début de l’année (-3,12 points), loin de son plus-haut atteint en avril 2013 avec 20,63% du trafic enregistré par Net Applications. Quant à sa présence sur mobile, elle reste anecdotique : 0,72% de part de marché (0,03 point de gagné en un mois).

La courbe de croissance est similaire pour Internet Explorer : de la stabilité sur desktop (+0,45 point en un mois et +1,85 point en un an, ) 58,46% des visites)… et un petit 2,7% sur mobile, essentiellement grâce à l’offre de tablettes Windows. Opera confirme pour sa part qu’il est avant tout un navigateur mobile avec, toutes versions confondues, 8,15% de part de marché, contre moins de 1% sur desktop. Il en va de même pour Safari, qui capte toujours entre 5% et 6% du trafic sur les plates-formes “traditionnelles”, mais connaît un léger sursaut sur les smartphones et les tablettes : +0,24 point à 45,07%… encore loin de ses 55,88% d’octobre 2013.

net-applications-desktop
La situation sur desktop selon Net Applications.

La méthodologie de Net Applications diffère de celle de StatCounter, qui ne concède à Internet Explorer que 22,41% de part de marché sur desktop (-1,11 point en un mois ; -5,72 points en un an). Dynamique comparable sur mobile, avec 0,62 point de gagné en un an… mais 0,04 point perdu entre juillet et août (1,89%).

Cette méthode de calcul profite à Chrome, crédité de 49,88% des visites recensées sur desktop (+1,29 point en un mois ; +4,85 points en un an) et de 20,72% sur mobile (+0,99 en un mois ; +15,97 en un an). On ne peut pas en dire autant de Firefox : 19,29% sur desktop (stable entre juin et juillet ; -1,13 point en un an) et un classement dans la catégories “autres” sur mobile, faute d’une part de marché suffisante.

Les statistiques se rapprochent de celles de Net Applications pour Safari, tout du moins sur desktop : 4,9% du marché… et 30,5% sur mobile (régulier depuis le début de l’année). Opera fait preuve d’encore plus de régularité, au dixième près sur desktop depuis plus d’un an (1,54%). Et sa part de marché sur mobile remonte légèrement, à 9,15%.

statcounter-navigateurs-ete-2014
Le graphe de StatCounter illustre la progression de Chrome sur mobile.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : incollable sur Chrome ?

Crédit photo : LDprod – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur