Nom de domaine : Sex.com dans l’attente d’un repreneur

Cloud

La procédure de cession par enchère de Sex.com est suspendue. Qui va atteindre le septième ciel avec ce juteux nom de domaine ?

Ce devait être un nouveau coup d’éclat. Mais il n’en sera rien, pour l’instant.

Le 18 mars, la vente aux enchères de “sex.com“, considéré par des spécialistes comme le nom de domaine ayant le plus de valeur au monde, a été interrompue à la dernière minute, à cause de la faillite d’Escom, propriétaire de l’adresse.

Trois créanciers ont réclamé auprès d’une juridiction californienne que l’entreprise soit placée sous la protection de la loi sur les faillites (Chapitre 11).

Dans un communiqué diffusé par le biais de leurs avocats, les parties prenantes ont indiqué que “la déclaration de faillite va interrompre la procédure de mise aux enchères prévue pour le 18 mars 2010”.

Les créanciers pensent “qu’elle [la mise aux enchères, NDLR] aurait minimisé la valeur des actifs de la société Escom”.

Le ticket d’entrée pour tenter d’acquérir le nom était fixé à un million de dollars.

Sex.com, toute une Xtoire

En janvier 2006, l’entrepreneur Gary Kremen a été reconnu par la justice américaine comme propriétaire légitime du domaine au terme d’une haletante bataille judiciaire.

Ce qui ne l’a pas empêché de céder “sex.com” à Escom (fournisseur américain de service Internet) pour un montant non dévoilé à l’époque.

En fait, la transaction s’est élevé à 14 millions de dollars, concluant ainsi l’une des transactions les plus chères de l’histoire du nommage Internet.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur