Officiel : Nicolas Sekkaki arrive en mars chez SAP France

Business intelligenceCloudCRMData-stockageMarketing

L’ancien DG de la division Global Technology Services d’IBM France prend la succession de Pascal Rialland. Etat des lieux de SAP France.

La nomination de Nicolas Sekkaki à la direction générale de SAP France vient d’être confirmée, après des premières informations dans ce sens diffusées dans la presse.

Elle sera effective le 8 mars. Jusqu’ici, Nicolas Sekkaki (43 ans) occupait le poste de directeur général d’IBM Global Technology Services pour la France.

L’ex-“IBMer” remplace Pascal Rialland, qui a démissionné de ses fonctions de directeur général chez SAP France pour prendre des fonctions similaires chez la société Omer Telecom , une co-entreprise de téléphonie mobile (avec statut d’opérateur mobile virtuel ou MVNO) entre les groupes Virgin, Carphone Warehouse et Financom (Virgin Mobile, Télé 2 Mobile, Breizh Mobile).

Quel sera l’état de SAP France à son arrivée ? Globalement, l’éditeur allemand a réalisé un chiffre d’affaires de 10,6 milliards d’euros en 2009 (-8% par rapport à l’année précédente). Il tirent 77% de ses revenus de la vente de logiciels (ERP, CRM, business intelligence…) et services associés (support, etc.). Mais les revenus sur son principal segment d’activité a baissé de 3%.

L’année 2010 chez SAP devrait être marquée par le mot d’ordre : “stabilité des organisations et des hommes” .

Quelle est la contribution de la branche française de SAP ? Elle a réalisé un chiffre d’affaires de 468 millions d’euros (-10%) et le CA du sous-segment principal portant sur les logiciels et la maintenance à 394 millions d’euros (-5%).

Malgré un plan de départs volontaires au niveau local qui a concerné 34 personnes (conformément au plan d’économie initié par SAP au niveau monde), la branche française de l’éditeur affiche encore un effectif impressionnant : 1500 collaborateurs qui sont réunis sur trois sites distincts dans la capitale ou proche couronne. Une nouvelle entité juridique unifiée regroupe les forces de SAP France et celles de Business Objects à la suite du rapprochement annoncé en octobre 2007.

La business intelligence n’est pas un vain mot : ce segment de produits représente 40% du chiffre d’affaires de SAP en France (merci BO).

(lire la suite page 2)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur