Radionomy sur un air de “Web radio killed the radio star”

Mobilité

Initiative d’origine belge, Radionomy permet de créer sa propre radio en ligne en quelques clics. Les frais de diffusion sont pris en charge, en échange de pub.

“Attention coco, antenne dans 10 secondes”… Qui n’a pas un jour rêvé de créer sa propre radio. D’ici fin février, quatres entrepreneurs belges – Gilles Bindels, Cédric van Kan, Yves Baudechon (ancien président de l’agence de communication DDB en Belgique) et Alexandre Saboundjia (dirigeant d’une société spécialisée en radios pour points de vente) – vont lancer Radionomy, un service de radio personnalisable sur Internet.

Inauguré le 17 janvier dernier au cours d’une avant-première à la Tour Eiffel, ce service proposera à chaque internaute de créer sa propre Web radio gratuitement. Autrement dit, pas de droits à payer, pas de musiques à acheter puisqu’un catalogue de 100 000 titres est prêt, il suffira juste de créer un compte et d’installer un logiciel baptisé Radio Manager pour ouvrir son antenne.

“Aujourd’hui, la bande FM bloque l’évolution du nombre de radios suite au nombre limité de fréquences d’émission. Le Web fait sauter ce verrou et permet l’éclosion de radios très spécialisées par leur programmation musicale ou le contenu spécifique qu’elles produisent”, indique Yves Baudechon, co-fondateur en charge du marketing et communication.

“Quand on interroge les internautes sur les médias qu’ils ont l’intention d’utiliser plus à l’avenir, après Internet, c’est la radio qui recueille la plus forte intention. La part de la radio dans leur consommation média est croissante. A n’importe quel moment de la journée, on peut considérer que 20% des internautes écoutent la radio”, poursuit le co-fondateur de Radionomy.

En plus des musiques et éléments pré-chargés (jingles, podcasts, émissions…), l’utilisateur pourra également insérer ses propres propres fichiers musicaux via l’interface Web et faire écouter le flux au monde entier. Le service annonçant ne pas limiter l’audience des stations.

A noter qu’il ne sera pas nécessaire de laisser fonctionner son ordinateur 24h/24: le logiciel d’automation de radio peut prendre en charge jusqu’à 30 jours de programmation. La gestion du direct est prévue quant à elle pour la version 2 du Radio Manager (date de livraison : septembre 2008).

Un “Last FM” amélioré ?

Pandora, Last FM, Deezer,… ils sont nombreux sur le créneau de la playlist personnalisée et partagée. De la compilation au kilomètre diront leur détracteurs. “Une radio c’est plus bien qu’une play-list, c’est infiniment plus riche et passionnant qu’une série de morceaux qui passent en boucle et génèrent vite ennui et lassitude” , soutient Yves Baudechon. Pour Radionomy, pas de téléchargement possible et un processus précis pour recenser les morceaux qui ne seraient pas présents dans le catalogue.

(fin de l’article page suivante)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur