Résultats Orange : les point saillants (fibre, Orange Bank, Canal Plus…)

BourseEntrepriseGestion réseauxOpérateursRéseauxTrès haut débit
stéphane-richard-orange-resultats-financiers

ITespresso.fr a sélectionné huit points-clés du business d’Orange qui a évolué en 2016, relevés lors de la présentation des résultats financiers.

Chiffre financiers globaux  : contrôle assuré

Pour son exercice 2016, Orange maintient en ordre de marche ses principaux indicateurs financiers. Le groupe télécoms présidé par Stéphane Richard affiche un chiffre d’affaires de 40,09 milliards d’euros, en hausse de 1,7%.

Le résultat d’exploitation se situe à 4,07 milliards d’euros, contre 4,74 milliards d’euros l’an précédent. L’excédent brut d’exploitation (Ebitda) ajusté apparaît en hausse de 2,1% à 12,68 milliards d’euros, en progression de 1,3% sur un an (variation à base comparable).

Tandis que le résultat net consolidé figure à 3,2 milliards. La barre des trois milliards a donc été dépassé en 2016 par rapport à l’année précédente (2,95 milliards d’euros).

L’endettement financier net du groupe Orange s’élève à 24,44 milliards d’euros, en diminution de 2,1 milliards d’euros par rapport à fin 2015. La cession de l’opérateur EE (ex-Everything Everywhere) au Royaume-Uni en janvier 2016 a contribué à la baisse : Orange a reçu 4,48 milliards d’euros en numéraire et bénéficie désormais d’une participation de 4% dans le groupe acquéreur BT Group.

Clientèle groupe : la fibre en mode boost

Sur l’année 2016, Orange a légèrement fait progresser sa base mobile: 201,7 millions de clients (+0,9% à base comparable). Les forfaits ont permis de maintenir le rythme (69,9 millions de clients, +8,4% sur un an), avec une traction observée en France et sur la zone Europe. Le haut débit fixe (ADSL) poursuit son essor avec 18,3 millions de clients à fin 2016 (+3,5%).

Mais c’est sur le front de la fibre que le business se montre le plus impressionnant : 3,3 millions de clients (+74,9%). Le nombre total de foyers raccordables à la fibre au niveau groupe (essentiellement France, Espagne, Pologne) s’élève à 20,3 millions au 31 décembre 2016 (+57% sur un an)

Vu sous l’angle des offres convergentes (fixe-mobile), le groupe télécoms recense 9,2 millions de clients (+10,2% sur un an). Les services audiovisuels (TV) progressent un peu plus légèrement : 8,5 millions de clients au 31 décembre 2016 (+6,9% sur un an).

Focus Finance France : presque la moitié du business

Orange réalise 47,3% de son chiffre d’affaires en France sur l’année 2016. La baisse du chiffre d’affaires, qui se situe à 18,96 milliards d’euros, est contenue à 1%.

Dans l’Hexagone, Orange réalise dix milliards de CA avec les services d’accès fixes et 7,2 milliards avec les offres mobiles.

Evolution des offres en France : super Sosh

Orange continue à gagner des clients dans l’Internet fixe et note une hausse de l’ARPU (revenu moyen par abonné) à +0,8%. La base clients s’élève à 11,15 millions d’accès à fin 2016 (+3,9% sur un an), dont 1,452 million en mode fibre (+51% sur un an).

L’opérateur précise que les offres convergentes représentent 57% de la base clients du haut débit fixe grand public (7,83 millions de clients ont opté pour une formule Open). 6,9 millions de foyers sont désormais raccordables à la fibre à fin 2016 (+1,8 million de foyers en un an).

Dans la mobilité, ce sont les offres SIM-only commercialisées sous la marque Sosh qui tirent le business vers le haut. L’opérateur revendique 3,27 millions de clients Sosh (+11,5% sur un an).
Au total, la base des forfaits s’élève à 20,775 millions de clients (+2,5% sur un an).

Une proportion de 11,3 millions de clients ont adopté la 4G (soit 54% de la base client mobile d’Orange France). La couverture 4G atteint 88% de la population française, au dernier pointage.

Tiens, tiens, voilà Orange Bank dans les comptes

Après intégration de Groupama Banque (65% du capital acquis en octobre 2016), les premiers éléments financiers apparaissent dans les comptes du groupe Orange.

Un résultat d’exploitation positif de 85 millions d’euros de la future Orange Bank est intégré (« incluant un profit de 97 millions d’euros » lié à l’opération de prise de participation majoritaire).

L’Ebitda ajusté d’Orange Bank (consolidée depuis le 4 octobre 2016, soit trois mois d’activité), représente une perte de 12 millions d’euros en 2016 pour un produit net bancaire (PNB) de 21 millions d’euros et un coût du risque de crédit bancaire de 2 millions d’euros.

« L’offre de banque en ligne Orange Bank sera disponible en France au 1er semestre 2017 », précise le groupe dans sa communication. Un CAPEX (dépenses d’investissement) de 15 millions d’euros 2016 ressort pour la mise en orbite de la banque 100% mobile.

Secteur Entreprises : merci la sécurité IT et le cloud

Le chiffre d’affaires du secteur Entreprises pour le groupe Orange se situe à 6,39 milliards d’euros (+0,7% à base comparable.

A travers la division Orange Business Services, « la croissance de l’IT et des services d’intégration compense le recul des services de voix et des services de données ». Les services de sécurité et ceux rattachés à la sphère cloud tirent la croissance.

Rappelons qu’au cours de l’année 2016, Orange a acquis Lexsi (conseils et veille en cybersécurité) et Log’in Consultants (services d’intégration en matière de virtualisation de poste de travail). Des actifs qui alimenteront la nouvelle division Orange Cyberdéfense.

Open innovation : Orange regarde d’autres horizons

Au cours de l’année 2016, Orange Digital Ventures (branche corporate fund du groupe) a pris des participations dans une série de start-up comme SecBi (cybersécurité), PayJoy (accès au crédit), BandwidthX (place de marché connectivité Wi-Fi), KissKissBankBank (crowdfunding) et Jumia/Africa Internet Group (marketplace e-commerce) mais aussi DataMi (« sponsored data »), Veniam (IoT et mobilité urbaine) et Wevr (hébergement vidéo et réalité virtuelle).

Sans compter l’implication du groupe télécoms dans le fonds de capital-risque Iris Capital en partenariat avec Publicis.  

Orange et Canal Plus : ça patine

Lors de la présentation des résultats financiers, Stéphane Richard, CEO du groupe, est revenu sur les rumeurs d’un rapprochement avec Canal Plus. Il a voulu couper court aux spéculations en déclarant qu’il n’y avait « pas de sujet ouvert aujourd’hui ».

Tout en précisant : « Que je sache, Canal + n’est pas à vendre, il n’y a eu aucune déclaration en ce sens du côté de Vivendi ».

Mais la porte reste ouverte selon les propos retenus par l’AFP : « Orange et Canal + sont des partenaires importants, [en cas de vente], peut-être qu’on se mettrait sur les rangs », a déclaré Stéphane Richard.

(Crédit photo archive Orange : Description : Stéphane Richard – Assemblée générale mixte 2016 – Crédit : ©J.Knaub/Sipa Press/Orange)
 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur