RIM met BlackBerry 10 sur les rails

Régulations
blackberry-RIM-Thorsten Heins-smarphone

Lors de la conférence BlackBerry Jam, le CEO de RIM s’est employé à rassurer développeurs et investisseurs quant à la viabilité de la plate-forme BlackBerry 10.

Haranguant ses troupes lors de la conférence BlackBerry Jam tenue à San José (Californie), Thorsten Heins, P-DG de RIM, a tenu à rassurer les développeurs et les investisseurs sur le développement de Blackberry 10, son tout dernier système d’exploitation pour smartphones.

D’un discours ambitieux prononcé face à un parterre de développeurs, le P-DG du groupe télécoms canadien a dévoilé les contours d’une stratégie de relance vouée à concrétisation “d’ici quelques petits mois“.

En guise de prologue, le dirigeant a souligné le “regain de popularité” des terminaux BlackBerry, qui comptent, au dernier pointage réalisé fin août, 80 millions d’utilisateurs à l’échelle du globe.

Reuters précise que les marchés émergents ont fortement contribué à cette hausse qui a valu au titre boursier de RIM un soubresaut sans précédent depuis le début du mois.

En fermeture de séance ce 25 septembre à la Bourse de New York, l’action RIMM (Nasdaq) s’affichait en effet à 6,60 dollars (+4,68%), encore très loin d’un pic à 140 dollars atteint en 2008.

Sur l’estrade se sont succédé les démonstrations techniques, sous la houlette du top management de RIM.

Passé une interface graphique aux mécanismes de défilement plus intuitifs, l’assemblée a loué un véritable mode multitâche qui permet d’accéder à des fonctionnalités clés du système sans avoir à quitter une application.

Selon Thorsten Heins, les opérateurs télécoms seraient vraiment séduits.

Néanmoins, des expérimentations complémentaires devraient d’ailleurs s’échelonner sur les prochains mois.

RIM, qui voit fondre ses parts sur le marché mondial (5,2% au deuxième trimestre, contre 19% à iOS et 64% aux téléphones Android), mise tout sur la plate-forme BlackBerry 10 pour remonter la pente.

Le groupe télécoms basé à Waterloo (Canada) a repoussé à début 2013 une sortie initialement prévue pour la fin 2012, afin de délivrer des produits aboutis “qui répondent aux besoins des particuliers comme des utilisateurs en entreprise“.

Perches tendues aux développeurs, partenariats avec des éditeurs, accords de licences… la pièce montée prend forme et les analystes se prennent à rêver d’un retour gagnant.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur