SanDisk : une acquisition à 19 milliards de dollars pour Western Digital

Data-stockageEntrepriseFusions-acquisitionsStockage
sandisk-western-digital
2 10

Western Digital investit 19 milliards de dollars dans le rachat de SanDisk, étape majeure dans sa prise de position sur les technologies de mémoire flash.

Western Digital a bouclé l’opération SanDisk.

Le fabricant américain de disques durs débourse 19 milliards de dollars – en cash et en actions – pour s’offrir son compatriote, spécialiste de la mémoire flash.

L’offre s’élève à 86,50 dollars par action SanDisk, soit une surprime de 15 % par rapport à la valeur du titre en clôture de séance ce mardi sur le Nasdaq. Un cours en hausse continue depuis le mardi 13 octobre et ces premières rumeurs de rapprochement entre les deux groupes.

La forme que prendra le nouvel ensemble* différera en fonction de la concrétisation (ou non) d’un investissement de 3,8 milliards de dollars du groupe Unisplendour (filiale de la société d’État chinoise Tsinghua Holdings) dans Western Digital, en échange de 15 % de son capital.

Le leader mondial des disques durs (au dernier pointage d’IDC) évoque une « nouvelle étape [dans sa] transformation en une entreprise de solutions de stockage globale ».

Le virage vers la mémoire flash avait véritablement été amorcé en 2009 avec le rachat de Silicon Systems et le lancement consécutif d’une gamme de SSD professionnels. S’étaient ensuivies diverses opérations de croissance : VeloBit (technologie de cache logiciel), Virident Systems (cartes PCIe à base de flash) ou encore sTec.

Le passage de SanDisk dans le giron de Western Digital a probablement été soumis à l’accord préalable de Toshiba.

Le groupe japonais, numéro deux mondial avec 21,9 % de part de marché sur l’année 2014 (source Statista), avait en effet mutualisé ses efforts de production avec SanDisk dans le cadre de la coentreprise Flash Forward.

Il a sans doute marqué sa préférence pour l’option Western Digital plutôt que pour son concurrent Micron Technologies, un temps pressenti comme le favori pour reprendre SanDisk – ce qui lui aurait conféré le leadership sur la flash NAND.

À l’issue du deal, qui pourrait être finalisé au 3e trimestre 2016, Steve Milligan restera à la tête de Western Digital. Sanjay Mehrotra, son homologue chez SanDisk, rejoindra le conseil d’administration.

Comme le note Silicon.fr, les cartes accélératrices de Fusion-IO, rachetées en juin 2014 par SanDisk pour 1,1 milliard de dollars, entreront aussi dans l’équation.

* Fondé en 1970, Western Digital revendique un chiffre d’affaires annuel d’environ 15 milliards de dollars. SanDisk, créé en 1988 et entré au Nasdaq en 2014, affiche un CA de 6,6 milliards de dollars sur son dernier exercice, dont 29 % issus des SSD et 38 %, des mémoires amovibles.

Crédit photo : SanDisk


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur