SFR limite la casse en attendant Free Mobile

CloudOpérateursRéseaux

SFR rend compte d’un troisième trimestre marqué par une tendance généralisée au ralentissement d’activité, notamment sur le segment du mobile. L’arrivée de Free augure d’une pression croissante et d’un recul plus prononcé encore.

SFR a réalisé un troisième trimestre sans réelle conformité avec les attentes. Malgré un bénéfice global essentiellement dû à des concessions financières répercutées sur ses offres mobiles, la filiale du groupe Vivendi prévoit un recul de 8 à 9% de son Ebitda sur l’exercice 2011.

Sur les neuf premiers mois de l’année en cours, l’opérateur télécoms affiche une marge brute en recul de 0,6%. La baisse eût été plus conséquente sans cette réduction drastique des subventions accordées aux néo-abonnés.

Ce bref sursaut suffira-t-il pour autant à éclipser le tournant auquel se préparent l’ensemble des acteurs des télécoms, cette tendance à peine occulte à un repli généralisé de la téléphonie mobile avant l’arrivée de Free sur le segment ?

A ce sujet, Jean-Bernard Lévy, président du directoire du groupe Vivendi, met à profit le cours d’un entretien accordé au Figaro, imputant ce ralentissement généralisé “à la pression concurrentielle qui précède l’arrivée du quatrième opérateur mobile“.

SFR n’y coupe pas et affiche un chiffre d’affaires en retrait de 4,7% entre début janvier et fin septembre 2011, pour une marge moindre d’un demi-point (37%) en rapport à l’exercice annuel précédent.

En parallèle, il semble que les offres low cost Red, concurrentes de Sosh (Orange) et B&You (Bouygues Telecom) aient du mal à trouver leur public.

Les néo-souscripteurs seraient 17% à l’adopter en faveur d’autres solutions traditionnelles, parmi lesquelles les formules “SIM-only”, qui connaissent un franc succès.

Mais alors que Xavier Niel affûte les derniers attraits d’une gamme de forfaits Free Mobile qui devrait investir le marché peu après les fêtes de fin d’année, l’étau se resserre sur SFR et consorts, auxquels s’impose l’alliance supposée de la qualité et des prix compétitifs.

Orange, qui limite la casse avec Sosh, n’est pas pour contredire cette perte de vitesse qu’accuse également Bouygues Telecom, malgré un chiffre d’affaires en hausse de 3%.

Plus alarmant pour SFR : la Neufbox a recruté 29 000 clients au troisième trimestre, pour cumuler un peu plus de 5 millions d’abonnés.

Un chiffre que tutoie désormais Free, fort de 73 000 nouvelles souscriptions sur la même période. Bouygues Telecom en enregistre 96 000, contre 107 000 pour Orange, qui approche des 10 millions de lignes ouvertes.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur