Smartphones : BlackBerry révise son approche commerciale avec le Q5

Régulations
BlackBerry Q5

La conférence BlackBerry Live a donné lieu à l’officialisation du Q5, un smartphone à clavier physique que le fabricant canadien cale en milieu de gamme, dans une logique de conquête de nouveaux marchés.

Troisième terminal de l’ère BlackBerry 10, le smartphone Q5, positionné en milieu de gamme et porté par la connectivité 4G, s’inscrit dans une logique d’ouverture aux pays émergents.

Ces marchés qui s’éveillent progressivement à la mobilité constitueront l’un des moteurs de la réorientation du fabricant télécoms canadien, ex-RIM.

Monté sur scène à l’occasion de l’événement annuel BlackBerry Live, le P-DG Thorsten Heins se veut formel à cet égard : le retour aux affaires de la société dont il a pris les commandes début 2012 impliquera, à court terme, un crochet par l’Afrique, l’Amérique latine ou encore le Moyen-Orient.

BlackBerry, qui a historiquement fait des entreprises son coeur de cible, n’est guère coutumier de cette approche commerciale.

Pour autant, la notion de rapport prix / prestations transparaissait déjà dans la segmentation opérée avec la précédente génération de smartphones, entre les gammes Bold, Torch et Curve.

blackberry-q5Avec le Q5, cette stratégie reste d’actualité : BlackBerry reconduit le socle technologique du haut de gamme (en l’occurrence, le smartphone Q10), notamment l’offre logicielle, avec quelques concessions au niveau du hardware.

En blanc, noir, rouge ou rose, ce nouveau venu au catalogue reprend la silhouette et les principaux attributs de son grand frère, avec en tête de liste un clavier physique (35 touches) et un écran carré de 3,1 pouces (720 x 720 points) à technologie IPS.

Si s’allège (120 grammes, contre 139 g pour le Q10), le Q5 ne s’affine pas (toujours environ 10,5 mm) et surtout, sa batterie de 2180 mAh n’est pas amovible.

La puissance du processeur est également revue à la baisse, très certainement pour une question d’économies d’énergie : il s’agit toujours d’une base ARM bicoeur, mais dont la fréquence d’horloge est ramenée de 1,5 à 1,2 GHz.

Constat similaire pour l’appareil photo, qui perd en résolution, de 8 à 5 mégapixels. En revanche, les 2 Go de mémoire vive et les 8 Go de stockage (extensibles via une carte microSD jusqu’à 64 Go) sont toujours au rendez-vous.

BlackBerry ne taille pas plus dans la connectivité, qui demeure fournie, entre Wi-Fi 802.11n, Bluetooth 4.0, GPS, NFC (selon les versions)… et la 4G.

La première mise à jour de l’environnement BlackBerry 10 apporte quelques améliorations d’ordre esthétique, mais aussi fonctionnel, tout particulièrement la capture HDR (High Dynamic Range) pour l’APN et un Hub plus ergonomique.

Et Thorsten Heins de rappeler que la logithèque attenante regroupe désormais – en comptant les portages Android – 120 000 applications.

Le lancement commercial du Q5 devrait débuter au mois de juillet, en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud. L’Europe devrait suivre. Une déclinaison à clavier AZERTY est dans les cartons, ce qui laisse supposer d’une disponibilité en France.

En visant les pays émergents et ce “prochain milliard d’utilisateurs” cher à Nokia (Mozilla évoque même les “deux prochains milliards”), BlackBerry axe plus sensiblement sa stratégie sur le volume.

Au 1er trimestre 2013, le fabricant canadien a vendu, selon ABI Research, 6 millions de smartphones, contre 70 millions pour Samsung et 37 millions pour Apple.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous bien les smartphones BlackBerry ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur