Stockage : Iomega StorCenter ix4-p200, le cordon ombilical entre NAS et PME

CloudEntreprise
Iomega Storcenter ix6 NAS

Compte tenu de sa cible professionnelle, ce NAS StorCenter ix4-p200 estampillé Iomega semble remplir son office avec brio. Premières impressions lors d’un test ITespresso.

Dans la famille Iomega, on demande le StorCenter ix4-p200.

Derrière cet imprononçable sobriquet se cache un NAS dédié aux PME, en qualité d’héritier d’une lignée de dispositifs qui avant lui ont essuyé les plâtres du stockage réseau en entreprise.

ITespresso.fr s’est procuré un exemplaire de ce cousin pas si éloigné du dénommé px4-300d, dont il adopte d’ailleurs de nombreuses fonctionnalités à défaut d’en reprendre les traits matériels.

Quelques minutes d’utilisation suffisent à constater que le dispositif perpétue la tradition d’un périphérique simple d’utilisation, de sa mise en place à l’hébergement de fichiers.

Immuable, l’OS LifeLine entérine les principes qui en font une solution logicielle agréable à prendre en main (voir notre prise en main initiale).

Accessible moyennant un simple navigateur Web, l’interface graphique d’administration est toujours aussi claire et lisible. Flexible, même.

S’y adjoint un client logiciel plus adapté aux systèmes Windows et Mac OS qu’aux distributions Linux (quelques erreurs de segmentation à déplorer), mais les efforts d’Iomega à tendre vers l’universalité sont louables.

En outre, les temps de réponse sont excellents, quand bien même certaines modifications bénignes requièrent un redémarrage, qui n’est toutefois pas des plus longs.

L’accent est mis sur la sécurisation des données. Une rubrique y est d’ailleurs dédiée. A la clé, des audits au moyen de journaux et de rapports unifiés, la définition de groupes d’utilisateurs et le monitoring instantané des connexions.

Plus hasardeuse, la gestion des instances applicatives installées à même le NAS est d’une austérité quasi soviétique.

D’autant plus que seuls les paquets logiciels approuvés par Iomega sont exploitables, pour de légitimes raisons de sécurité, mais les rouages du système dans son ensemble semblent pâtir d’une perfectibilité qu’un prochain firmware corrigera certainement.

Hormis ce chargement pataud des miniatures et l’ouverture des liens à même l’onglet actif, c’est bien là l’un des seuls griefs qu’ITespresso.fr imputera à une interface d’administration qui, tous éloges mesurés, brille par sa cohérence.

A tout usager perdu dans ses tréfonds, LifeLine offre une aide contextuelle de qualité grâce aux infobulles interactives qui, tel un livre-jeu, finissent systématiquement par rediriger, tôt ou tard, vers le but recherché.

Du StorCenter px4-300d à son vis-à-vis ix4-p200, la divergences logicielles sont mineures, si bien que l’on se prend à jongler en un rien de temps entre les deux NAS. En effet, le temps nécessaire à l’adaptation est négligeable.

(Lire la suite page 2)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur