Stratégie de contenus : Orange renforce ses liens « soft » avec Canal Plus

E-commerceMarketingOpérateursRéseauxSocial MediaTrès haut débit
orange-content-stephane-richard

Sur fond de création d’une véritable division contenus, Orange signe un accord avec Canal Plus autour d’une offre « attractive » dédiée aux clients Fibre.

Aujourd’hui, Orange avait envie de parler de la fibre mais pas de la manière dont l’ARCEP l’entendait de son côté.

Le groupe télécoms vient de réactualiser sa stratégie de contenus sous plusieurs angles : création d’une division Orange Content, alliance renforcée avec Canal Plus, accord avec UGC Images, partenariat avec la FNAC…

« Nous voulons augmenter les ambitions d’Orange dans le domaine des contenus et valoriser notre valeur dans la distribution », explique Stéphane Richard, P-DG du groupe télécoms.

Au cœur des annonces un accord entre Orange et Canal Plus (propriété Vivendi). Un renforcement des liens, pourrait-on dire, à travers une formule inédite et exclusive de distribution. Mais sans dépasser le Rubicon d’une éventuelle prise de participation du groupe télécoms dans Canal Plus. « Ce n’est pas le souhait de l’un ou de l’autre », évoque Stéphane Richard, P-DG d’Orange.

L’accord entre le groupe télécoms et celui de la télévision payante porte sur un modèle exclusif et inédit de commercialisation directe de l’offre « Canal + Essentiel » pour les clients Orange disposant d’un abonnement en fibre à domicile.

L’accord, qui s’étale jusqu’en 2020, permettra de commercialiser une formule à « des tarifs exceptionnels » et sans engagement. Orange gardera dans ce cadre la relation client et émettra une facture unique intégrant l’accès au bouquet « Canal + Essentiel ».

Cette offre « à des conditions financières attractives », qui sera dévoilée « dans les prochains mois », a pour objectif à la fois d’élargir le nombre de clients Canal Plus dans la base d’abonnés d’Orange et d’inciter à la migration les clients ADSL d’Orange vers les offres fibre de l’opérateur (1,5 million de clients ont basculé à fin 2016).

Stéphane Richard fixe le cap : « Conquérir un million de clients nouveaux d’ici 2020 ». Ce qui revient à doubler la base d’abonnés Canal Plus dont Orange dispose actuellement. Des clauses de minimum garanti ont été signées entre les parties qui restent discrètes sur les termes financiers.

Orange Content émerge

Dorénavant, la stratégie contenus du groupe télécoms sera portée à partir de septembre par une division dédiée : Orange Content, sous la houlette de David Kessler (Directeur) et Serge Laroye (Directeur délégué).

Elle va chapeauter la direction des contenus, OCS (bouquet de chaînes cinéma et séries avec 2,6 millions d’abonnés), Orange Studio (10 ans d’existence avec un budget annuel de 120 millions d’euros), et OPTV (Orange Prestations TV, soutien technique à la VoD).

Un accord connexe de production a été signé entre Orange Studio et UGC Images pour prolonger celui qui avait été bouclé fin 2016 sur la distribution de films en salle. Orange pourra compter sur des probables blockbusters à la française en exclusivité comme Gaston Lagaffe (attendu en salles en avril 2018) ou Bienvenue chez le Ch’tis…10 ans après (le populaire film réalisé par Dany Boon était sorti en 2008).

Outre la production de films, Orange Studio compte aussi monter dans les séries. « Des moyens additionnels importants sont mis en place pour entrer dans la production de séries avec des partenaires », précise Stéphane Richard. « On constitue une capacité d’investissement de 100 millions d’euros sur une durée de cinq ans. »

La première sera lancée d’ici la fin de l’année mais on ignore en l’état actuel avec quel partenaire. On l’a compris : le groupe télécoms veut rester dans la course pour le cinéma et les séries, comme le prouve le récent accord renouvelé avec HBO.

A la fin du premier trimestre, Orange est devenu l’unique distributeur en France des séries de la chaîne américaine HBO qui a dans son catalogue la saga Game of Thrones et d’autres productions de qualité comme Westworld ou True Detective.

Plus près de nous avec EuropaCorp (la société de production de Luc Besson), Orange s’associe à la prochaine sortie du film Valérian et la Cité des Mille Planètes, qui devrait être le carton de l’été dans les salles obscures.

Dans le reliquat des annonces du jour, des partenariats sur trois ans ont été renouvelés avec le Festival de Cannes et l’Institut Lumière.

Globalement, le groupe Orange investit de plus en plus dans les contenus et acquisitions de droits TV : 550 millions d’euros en 2016.

« Un investissement en forte croissance chaque année et rentable », estime Stéphane Richard. La stratégie d’implication diffère en fonction des pays d’implantation de l’opérateur (présent dans 30 pays dans le monde) et des types de contenus.

Sur le volet du prochain appel d’offres pour les droits de retransmission de la Ligue 1 de football professionnel (on devrait en connaître les modalités avant la fin du cycle en cours qui s’échelonne jusqu’en 2020), Stéphane Richard se montre réservé pour monter au front dans cette bataille. En solo ou avec l’appui potentiel de Canal Plus.

« Nous ne sommes pas dans une stratégie massive d’acquisition des droits pour éditer une chaîne sport pour une diffusion en exclusivité ou non. Mais nous restons attentifs à l’appel d’offres. »

Altice perturbe la communication d’Orange

Au regard de l’actualité effervescente sur la convergence entre les réseaux et les contenus, le patron d’Orange parvient à lancer une pique destinée à la concurrence. « On n’a pas attendu d’Altice pour avoir une stratégie de contenus. »

Une allusion à l’activisme d’Altice qui a cherché à brouiller la stratégie de communication d’Orange sur la même thématique : le 22 août, le groupe télécoms, qui exploite SFR en France, compte lancer sa nouvelle chaîne Altice Studio (cinéma et séries) qui va concurrencer OCS.

Le groupe de Patrick Drahi possède également un studio de production que l’on a davantage remarqué sous le prisme des séries cofinancées et coproduites comme Medicis, Riviera, Taken et The Same Sky.

Altice déclare consacrer un budget de 250 millions d’euros par an à la création et au divertissement (dont 160 millions d’euros pour Altice Studio, qui est basée au Luxembourg) rappelle Le Parisien.

Partenariat Orange-FNAC sur la BD et livres électroniques
Dans sa stratégie de contenus, Orange avance aussi sur le volet d’autres produits culturels comme la lecture numérique. Un accord a été signé avec la FNAC, actionnaire majoritaire du service Izeno de bande-dessinée disponible en accès en illimité à plus de 3000 titres et en mode multicanal (smartphone, tablettes et PC / Mac). Il sera accessible dans le courant de l’automne aux clients d’Orange « pour dix euros par mois », selon Stéphane Richard. Ultérieurement, en février 2018, l’offre de produits culturels dématérialisés sera étendue au catalogue de livres numériques de la FNAC.

(Crédit photo : NetMediaEurope : Stéphane Richard, P-DG du groupe Orange – Conférence de presse sur la stratégie contenus – 11 juillet 2017)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur