Supercalculateur : Bull part à la conquête de l’Extreme Computing

Cloud

Pour espérer atteindre la deuxième place sur le marché des supercalculateurs derrière IBM, Bull mise sur son HPC Bullx, dotés de processeurs Intel Xeon et économe en énergie.

Bull souhaite pousser plus loin les performances des supercalculateurs, et ainsi accroître ses parts de marché sur le secteur, en dévoilant son Bullx, un nouveau HPC (High Performance Computing), calculateur haute performance, dédié à ce que le groupe informatique qualifie d'”Extreme Computing”. Consacré la simulation numérique, Bullx affiche de très hautes performances mises en œuvre par l’intégration de serveurs lames ultra-denses : les nouveaux châssis Bullx sont au format 7 U en rack et accueillent chacun  jusqu’à 18 serveurs lames.

En outre, chaque lame de calcul Bullx  intègre deux processeurs quadri-cœurs Intel Xeon 5500, basés sur l’architecture Nehalem, cadencés jusqu’à 2,93 GHz, auquel s’ajoute un adaptateur au réseau d’interconnexion intégré, ainsi qu’fonctionnement possible sans stockage local, ou avec un stockage SSD (Solid State Drive). Chaque lame de calcul contient 12 emplacements de mémoire de type DIMM DDR3, promettant jusqu’à 96 Mo de mémoire maximale.

Pour former une architecture hybride, ces lames fonctionnant sous des puces Intel Xeon sont également propulsées par des accélérateurs utilisant des technologies pour les processeurs graphiques. Afin de décupler les performances, les lames accélérateurs Bullx B505 embarquent deux GPU Nvidia, à 240 cœurs par GPU, jusqu’à 1,3 GHz par processeurs graphique, et 4 Go de mémoire dédiée par GPU.

Bull capitalise sur sa suite logicielle maison et sur le “Green Power”

Le supercalculateur Bullx est motorisé par la suite logicielle pour cluster Bullx développée par Bull et basée sur un système Linux et des composants open source. Elle permet de piloter l’ensemble de la configuration  matérielle comme les serveurs, le réseau d’interconnexion et le stockage à partir d’un point unique. L’administration du système ainsi que le déploiement des logiciels sont simplifiés : selon Bull, au sein de Bullx, plus de 1 000 noeuds peuvent être installés en moins de 20 minutes. Le supercalculateur du groupe informatique supporte en plus Windows HPC Server 2008 et le support Linux Red Hat Enterprise Linux 5.

S’il est synonyme de puissance extrême calcul, Bullx ne fait pas l’impasse sur la rationalisation de la consommation d’énergie. A cet effet, Bull a déployé toutes ses capacités en la matière et fait quelques promesses “éco-efficaces” : chaîne de distribution électrique améliorer de 10 à 15% par rapport à une alimentation classique, intégration d’une porte refroidissante permettant de réduire de 75%la consommation énergétique par rapport à un autre système de climatisation et pilotage du processeur pour optimiser la consommation.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur