Sylvain Moussé (Cegid) : “Une accélération sur les offres métier en mode SaaS”

CloudEntrepriseGestion cloud

Le DSI de Cegid et Directeur de Cegid Interactive aborde la stratégie cloud et les résultats obtenus par l’éditeur de logiciels de gestion entreprise.

Le 20 mars, Cegid a réuni son “Club Partenaires” (partenaires de son réseau de distribution) à Lyon.

En marge de cette manifestation, Sylvain Moussé, DSI de Cegid et Directeur de Cegid Interactive, a accepté de nous fournir par mail des éléments sur la stratégie cloud sur le segment des TPE-PME.

(Interview réalisée avec la collaboration de Gérard Clech de ChannelBiz).

ITespresso.fr : Dans quelle mesure Cegid vise le cloud avec les PME ?
Sylvain Moussé : Editeur de solutions dédiées à la performance des entreprises et de leur développement, le groupe Cegid a fondé son savoir-faire sur des expertises “métier” (retail, manufacturing industry, hôtel-restaurant, services, négoce, profession comptable, entrepreneurs et TPE, associations, secteur public) et “fonctionnelles” (finance, fiscalité, performance management et ressources humaines).

L’offre Cegid est également disponible en mode cloud à travers ses offres SaaS baptisées Yourcegid On Demand. Elle est adaptée aux entreprises et établissements publics de toutes tailles. Ainsi, avec plus de 20 000 TPE, 650 moyennes et grandes entreprises clientes utilisatrices de ses solutions cloud, et 350 établissements publics et collectivités locales qui ont déjà choisi une solution Yourcegid On Demand, Cegid fait partie des acteurs les plus dynamiques du marché du SaaS et du cloud.

ITespresso.fr : Quel chiffre d’affaires Cegid réalise avec le segment cloud – PME ? Quel objectif ?
Sylvain Moussé : Les ventes de logiciels en mode SaaS progressent fortement (+ 25 %). Cette évolution confirme la position de Cegid comme acteur de référence sur des solutions “on demand” et sa capacité à proposer de nouveaux usages des systèmes d’information.

En 2011, Cegid a connu une très forte accélération sur la plupart de ses offres par métier en mode SaaS (profession comptable libérale, retail, services-négoce, fiscalité), consolidant ainsi les revenus récurrents issus des offres pour les systèmes d’information pour la gestion des ressources humaines (SIRH). Ainsi, le stock de contrats SaaS, facturable jusqu’en 2017, représente au 1er janvier 2012 une valeur estimée de plus de 32 millions d’euros (21 millions d’euros au 1er janvier 2011, soit une croissance de près de 53 %).

(Lire la fin de l’interview page 2) : migration des clients vers le cloud, concurrence


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur