Transformation digitale: Thales ouvre une “usine digitale” et parle aux start-up

Big dataCloudData-stockageEntrepriseStart-up
thales-transformation-digitale

Le groupe Thales (sécurité et électronique pour activités sensibles) monte une “Digital Factory” et se rapproche du méga-incubateur de Xavier Niel.

Le groupe Thales accentue le mouvement dans le digital. Et le salon de l’aéronautique et de l’espace du Bourget, qui a ouvert ses portes aujourd’hui en région parisienne, est l’occasion d’exposer ses pôles d’expertises.

Le groupe français, impliqué dans la sécurité et l’électronique (défense, aérospatial, transport…), compte ouvrir une “Digital Factory” dans le cœur de Paris.

Ce qui constituera un nouveau pool d’experts technologiques : big data, intelligence artificielle, connectivité et cybersécurité. Cette digital factory devrait intégrer 150 collaborateurs d’ici 2018 et représenter un investissement de 150 millions d’euros sur trois ans.

Objectif : “accélérer l’intégration de ces technologies clés dans ses offres pour aider les opérateurs à prendre les meilleures décisions en temps réel” et développer le business en pariant sur l’innovation.

Thales a déjà investi un milliard d’euros pour renforcer ces compétences dans ces domaines-clés comme la cybersécurité (reprise du pôle dédié d’Alcatel-Lucent) et la connectivité (LiveT, équipement embarqué TV pour les avions ) en 2014, mais aussi l’optoélectronique (avec le rachat de Ruag par Thales Alenia Spaces, la division aérospatiale du groupe) en 2016.

Des investissements cumulés de plus d’un milliard d’euros ont été consentis pour développer les priorités technologiques.

Plus récemment en avril, le groupe d’électronique de pointe français a acquis Guavus, fournisseur américain de solutions big data pour un montant de 215 millions de dollars.

Arrêt à Station F

Dans une dimension open innovation, Thales se rapproche de Station F, le méga-campus parisien de start-up de Xavier Niel dont l’ouverture est attendue d’ici la fin du mois.

Un programme s’adressant aux jeunes pousses sur la cybersécurité sera érigé dans ce cadre. Une vingtaine de start-up devrait profiter du premier cycle d’accompagnement (conseil, expertise technique et accès à des plateformes technologiques).

Parallèlement, Thales vient d’inaugurer un nouveau centre de formation de cybersécurité en Belgique près de Bruxelles. Un plan de recrutement de 50 experts sur quatre ans est prévu dans le pays.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur