Vente liée Windows-IE : Microsoft se défendra début juin devant la Commission européenne

Cloud

L’éditeur auditionnera devant l’exécutif européen pour faire connaître ses arguments concernant l’accusation d’abus de position dominante dans le secteur des navigateurs Web.

La firme de Redmond passera son grand oral devant la Commission européenne du 3 au 5 juin prochain. Microsoft pourra se défendre dans le dossier concernant la plainte déposée devant Bruxelles par Opera Software pour abus de position dominante concernant son navigateur Internet Explorer. Cette audience a été expressément demandée par l’éditeur qui souhaite pouvoir répondre clairement et directement aux griefs formulés par la Commission européenne à son encontre.

Toute l’affaire est partie d’une plainte déposée par l’éditeur norvégien Opera Software en 2007 auprès de l’organe exécutif de l’UE. Cet éditeur accusait Microsoft d’avoir recours au système de vente liée de son navigateur Internet Explorer “avec son système d’exploitation dominant Windows pour PC clients”.

Depuis janvier dernier, et jusqu’à la date butoir du 21 avril, Microsoft avait le droit, pour justifier ses pratiques commerciales, de répondre aux griefs communiqués par les autorités anti-trust de l’UE.

Les grands noms des NTIC ont choisi leur camp

Depuis la plainte déposée fin 2007, de nombreux acteurs du monde des nouvelles technologies ont soutenu la démarche d’Opera Software et ont participé au dossier en tant que “tierce partie intéressée”, à l’image de la Fondation Mozilla, de Google et des membres du Comité Européen pour les Systèmes Interopérables (ECIS), comme Red Hat, IBM, Sun Microsystems, Nokia, Adobe. Quant à Microsoft, il peut compter parmi ses supporters des membres de l’ACT (Association for Compettitve Technology), tels qu’Oracle et VeriSign.

Si, après son passage début juin devant l’exécutif européen, l’éditeur américain est bien convaincu d’abus de position dominante, il pourrait se voir condamner à payer une très forte amende par la Commission européenne, couplée à “une mesure corrective” pouvant consister à intégrer à son OS d’autres navigateurs qu’Internet Explorer.

La firme de Redmond a d’ores et déjà annoncé en mars dernier que son prochain OS Windows 7 autorisera la désinstallation complète d’Internet Explorer 8 et de Windows Media Player. Reste à savoir si cette fonctionnalité sera bel et bien disponible dans la version finale du système d’exploitation, attendue pour la fin de cette année ou pour début 2010…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur