La disparition du secrétariat d’État à l’Economie numérique est-elle programmée ?

Cloud
0 0

Exclusif ITespresso.fr : avec les élections régionales, Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d’Etat en charge du Développement de l’économie numérique, « voudrait rebondir ailleurs ». Que va devenir « la vitrine du numérique » du gouvernement ?

Après la tenue des élections régionales qui se dérouleront en mars 2010 et en fonction des résultats obtenus par les ministres engagés dans la bataille (et plus globalement de l’UMP), des changements devraient survenir au sein de l’équipe gouvernementale.

On évoque de manière récurrente l’arrivée du bouillonnant Frédéric Lefebvre, ex-député des Hauts-de-Seine et porte-parole UMP, que l’on voit souvent à la tête d’un secrétariat d’État à la Communication voire du Numérique.

Mais une autre rumeur plus chaude circule depuis quelques semaines : le secrétariat d’État chargé de la Prospective et du Développement de l’économie numérique serait amené à disparaître avec le départ de Nathalie Kosciusko-Morizet (surnommée NKM) vers d’autres horizons.

« Ce n’est pas tellement une volonté politique d’y mettre fin, mais plutôt le souhait de NKM de rebondir ailleurs », a déclaré à ITespresso.fr une source proche de la secrétaire d’État concernée qui a requis l’anonymat.

« Matériellement, ce secrétariat n’a jamais vraiment pu s’imposer : non saisi des sujets sensibles (Hadopi et la lutte anti-piratage entre les mains du ministère de la Culture, les télécoms à Bercy), il n’a jamais pu disposer véritablement de services dédiés puisque la secrétaire d’État s’appuie principalement sur le Conseil d’analyse stratégique (CAS) », précise notre source d’information.

Joint par téléphone lundi 28 décembre en milieu de matinée, le service de presse de NKM au secrétariat d’État chargé de la Prospective et du Développement de l’économie numérique se limite à une réponse laconique : « nous ne faisons aucun commentaire, nous ne sommes pas au courant. »

Maire de Longjumeau (Essonne) depuis mars 2008, NKM a aussi occupé des fonctions gouvernementales comme secrétaire d’État chargée de l’Écologie auprès de Jean-Louis Borloo (ministre de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer ).

En janvier 2009, elle a succédé à Éric Besson au poste de secrétaire d’État chargé de la Prospective et du Développement de l’économie numérique.

Son prochain challenge est lié aux élections régionales : Nathalie Kosciusko-Morizet est aussi engagée dans la bataille des régionales à côté de Valérie Pécresse, tête de liste UMP en Ile-de-France et actuelle ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

(lire la suite de l’article page 2)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur