Virgin Mobile a digéré la pilule Free Mobile

Mobilité

La déferlante de Free Mobile aura vraisemblablement épargné Virgin Mobile. Le MVNO dit avoir retrouvé le portefeuille d’abonnés qui était le sien fin 2011.

Virgin Mobile, est ressorti indemne de la déferlante Free Mobile.

Du moins, c’est ce qu’affirme  Omea Telecom, la maison-mère de l’opérateur mobile virtuel désormais dégroupé (“full MVNO”).

Les nouvelles souscriptions enregistrées au printemps avec l’émergence des forfaits Extaz auraient équilibré, bon gré mal gré, la balance des défections, jusqu’à permettre à l’opérateur de retrouver le portefeuille d’abonnés qui était le sien fin 2011.

En l’occurrence, quelque deux millions de clients au dernier pointage, à l’heure de rejoindre le réseau d’Orange en qualité de Full MVNO.

Président d’Omea Telecom, Geoffroy Roux de Bézieux ne cache pas l’impact qu’a eu la fusée Free Mobile dans l’immédiateté de son décollage, mais relativise les effets secondaires.

L’intéressé joue sur les mots, invoquant patience et longueur de temps. “En moins de 4 mois, nous avons retrouvé un niveau comparable à ce que nous connaissions avant leur arrivée“, en conclut-il.

Et d’ajouter : “Les nouvelles offres à destination de nos clients lancées récemment nous permettent de regarder l’avenir avec force et sérénité. Nous allons continuer à croître à un rythme soutenu.

Le dirigeant fait immanquablement référence aux offres Extaz, lesquelles auraient significativement accéléré le rythme des recrutements, sur une dynamique constante de début mars à fin avril.

Baptisée Extra S, la déclinaison d’entrée de gamme propose des communications de 2 heures et des SMS illimités, avec ou sans Internet, pour 8,99 euros TTC par mois en prix de départ, voire 5 euros pour 45 minutes de communications, le tout sans engagement

Silicon.fr relève toutefois qu’il n’existe pas d’équivalent au tout illimité de Free Mobile et ses 19,99 euros par mois pour 3 Go de données en fair use.

Le quatrième larron de la téléphonie mobile française sert d’ailleurs désormais de référence à ses comparses, qui estiment leurs pertes d’abonnés en termes de demandes de portabilité de numéros.

C’est ce critère qu’a notamment utilisé Stéphane Richard (P-DG d’Orange) pour reconnaître que 800 000 de ses clients avaient effectué la bascule.

Crédit image : © microcozm – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur