Web social et solidaire : recourir au numérique pour favoriser l’insertion

Régulations
semaine-web-social-solidaire-francois-hollande

Le Président de la République a rendu hommage au Web social et solidaire qu’il relie aux notions d’engagement et de jeunesse.

Ministres, innovateurs, entreprises…Tel est le choix de l’ordre du protocole retenu par le Président de la République pour introduire un discours sur le “web social et solidaire” dans le cadre de la semaine dédiée à ce thème.

Hier (jeudi 4 novembre), lors d’une réception organisée à l’Elysée, François Hollande a tenu à mettre en avant l’usage du numérique “pour porter des projets au service de l’intérêt général, du bien commun, de la solidarité”.

Dans sa conception de la société moderne, le numérique est à lier avec l’engagement et la jeunesse et il permet de créer de nouvelles solidarités pour lutter contre la précarité ou l’isolement des personnes âgées ou faciliter la vie des personnes handicapées. “Avec la technologie, nous avons là une révolution que nous devons mettre au service d’autres révolutions”, a déclaré le Président de la République.

Le Web social et solidaire, c’est aussi une opportunité pour lutter contre le racisme, contre l’antisémitisme et contre les discriminations. C’est aussi un moyen de s’initier au “militantisme 2.0” Même si on n’arrive pas à faire la Révolution.com, on peut au moins essayer de faire bouger les lignes à travers la plateforme Change.org.

Dans son discours, il a mis en avant l’initiative “Pote-Emploi” ou comment créer des réseaux sociaux pour aider les jeunes les moins favorisés à acquérir les codes, les réseaux, les savoir-faire. Autant d’atouts qui leurs serviront à trouver un emploi.
“Vingt-huit millions de Français ont un compte Facebook actif. Certains se vantent d’y avoir beaucoup d’adhérents (…) Tout ce qui compte, c’est de mettre cette capacité au service de l’engagement”, estime François Hollande.

Ce discours a permis au Président de la République de revenir sur le “grand plan numérique pour l’école” annoncé à la rentrée. “Nous devons donc préparer nos enfants beaucoup plus tôt aux codages, à la société numérique de demain, à la citoyenneté numérique, à la fois pour les porter vers l’excellence et en même temps pour lutter contre le décrochage, à travers une prise en charge la plus efficace possible des élèves en difficulté.”

Comment accompagner les enseignants ? En les aidant “à créer des contenus et à les diffuser gratuitement, pour toute l’Education nationale et pour le monde francophone”.

La loi sur l’économie sociale et solidaire, qui introduit un fonds d’innovation doté de 40 millions d’euros, permettra de financer des projets sous des angles Web solidaire. “Les premiers projets seront financés, dès le début de l’année prochaine (…) La première liste de projets sélectionnés a été faite. Je veux donner un second souffle à cette initiative. Un nouvel appel a été lancé : plus de 400 associations y ont répondu et il y aura 15 nouveaux lauréats en janvier.”

HelloAsso, Emmaüs Connect…Ca bouge sur le terrain associatif

Dans la série des interconnexions avec le Web solidaire, on peut trouver des liens avec l’open data et la dimension de “gouvernement ouvert” à l’initiative de 65 pays. “Nous avons un important accord entre l’Institut national, la Poste, l’Administrateur général des données et la communauté de cartographie pour faire ‘openstreetmap’, pour donner partout la meilleure information, y compris pour les soins.”

Le Président de la République est également revenu sur la consultation nationale lancée sur la préparation de la loi numérique qui sera examinée courant 2015.

Une autre discussion ouverte au niveau national portera sur “la jeunesse, grande priorité du quinquennat”. Cette consultation sera ouverte “pour que les jeunes puissent aussi, à travers les réseaux du digital, nous dire quels blocages, quelles difficultés ils peuvent surmonter, comment ils peuvent eux-aussi s’engager, comment ils peuvent également participer”.

Le numérique comme levier de développement pour l’économie sociale. Une belle idée soutenue par des jeunes animateurs comme Ismaël Le Mouël, fondateur de HelloAsso à l’origine de la Social Good Week.

Le modèle du service en mode crowdfunding est intriguant : “Offrir aux associations une solution complète pour se faire connaître et financer leurs actions sur Internet”. En pratique, la plateforme reverse 100% des montants collectés aux associations et HelloAsso se rémunère grâce aux pourboires libres laissés par les contributeurs.

Avec près de 8 millions d’euros collectés, HelloAsso offre aux associations une solution complète pour se faire connaître et financer leurs actions sur internet. Le modèle de HelloAsso est unique au monde. Entièrement gratuite, la plateforme reverse 100% des montants collectés aux associations et HelloAsso se rémunère grâce aux pourboires.

Dans le cadre du 1er Forum Connexions Solidaires organisé le 27 novembre, Emmaüs Connect (du nom d’une association créée en mars 2013 pour faire du numérique un véritable levier d’insertion) avait dressé un constat : il existe 14 millions de personnes déconnectées en France, dont 6 millions en situation de précarité.

Alors, pour mettre en pratique dès maintenant cette notion de solidarité par le numérique, commençons par un geste simple dès ce week-end : rendez-vous dès ce soir sur le site Internet du Telethon pour faire un don.


Quiz : Connaissez-vous le crowdfunding ?

(Crédit photo : Présidence de la République)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur