Windows 10 : une impulsion timide pour les PC et les tablettes

MobilitéPCPoste de travailTablettes
pc-tablettes-2015-idc

IDC estime que le lancement commercial de Windows 10 ne suffira pas à relancer le marché des PC et des tablettes, tout du moins sur le court terme.

Attendu pour cet été, le lancement commercial de Windows 10 ne devrait relancer ni le marché du PC, ni celui des tablettes, tout du moins sur le court terme.

C’est le principal constat établi par IDC à l’issue de deux études prospectives croisées qui mettent notamment en lumière l’indécision des entreprises quant à la transition vers le nouvel OS de Microsoft.

Sur le segment du PC, il est question d’un recul des livraisons de 6,2 % en 2015, à 289 millions d’unités. Soit la quatrième année consécutive de déclin. Difficile d’éclipser la concurrence des tablettes et des smartphones, mais aussi la fin confirmée de « l’effet Windows XP » : le renouvellement des équipements informatiques aura duré à peu près jusqu’à la mi-2014.

L’heure est maintenant, chez les distributeurs, à l’écoulement des inventaires en attendant Windows 10. Lequel pourrait redistribuer les cartes… mais pas forcément au bénéfice des constructeurs, étant donné le modèle économique : la mise à jour sera en l’occurrence gratuite pendant un an pour les actuels utilisateurs de Windows 7, 8 et 8.1.

Le phénomène devrait surtout se faire ressentir sur le marché grand public. Les ventes d’ordinateurs sont pressenties pour baisser, les budgets se reportant sur d’autres appareils électroniques, y compris les « wearables » (informatique vestimentaire), avec l’Apple Watch en tête de liste.

En entreprise, la problématique budgétaire laisse place aux contraintes fonctionnelles et organisationnelles : l’OS sera généralement évalué avant d’être déployé, repoussant d’autant l’acte d’achat de nouveaux PC.

Reprise timide

A en croire IDC, il faudra attendre 2016 pour que les ventes de stabilisent. Il est question d’une croissance ensuite limitée jusqu’en 2019, à 0,4 % par an – pour atteindre, à cette échéance, 294,1 millions d’unités.

La progression serait moins forte sur les marchés dits « développés » (+ 0,2 % pour Etats-Unis, Europe de l’Ouest, Japon et Canada) que sur les « émergents » (+ 0,7 % pour Asie-Pacifique sauf Japon, Amérique latine et centrale, Europe de l’Est, Moyen-Orient et Afrique).

La météo n’est pas plus favorable pour les tablettes : 221,8 millions d’unités en 2015, ce serait 3,8 % de moins qu’en 2014 ; sachant qu’IDC prévoyait jusqu’alors une croissance (+ 2,1 %, à 234,5 millions d’unités).

Certains segments devraient toutefois connaître une hausse en volume. Non seulement les hybrides, mais aussi les tablettes à connectivité cellulaire. Ces dernières ont représenté 31 % du marché en 2014 (les 69 % restants n’étant dotés que du Wi-Fi) ; elles pourraient capter 33 % du marché en 2015 et plus de 40 % en 2019. De quoi revoir les marges à la hausse pour les constructeurs et augmenter la base de clients pour les opérateurs.

IDC note également une bascule sur les tailles d’écran : les petites tablettes (moins de 9 pouces) devraient représenter 58 % du marché en 2015 et moins de 50 % en 2019, contre 64 % en 2014. Le succès des phablettes (smartphones à grand écran) n’y est pas étranger.

Crédit photo : Yeko Photo Studio – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur